Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 728 à 728 sur 1043

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1771

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1771.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35697

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 77


J'ouvris le cadavre, & je trouvai i'épiploon plus volumineux qu 'il n'a coutume d'être; vers le milieu de ce vifcère, plus près cependant du bord inférieur que du bord Supérieur, it y avoit une tumeur aufu gronë que le poing, dont il tranfudoit une humeur rounatre & très-fétide ie ~bas-ventre confenoit beau'coup de cette humeur, & la tumeur, qu'on coupa par ie milieu, 'en parut pteinë; à côté de cette tumeur on en découvrit deux autres moins groues, mais plus dures; je les détachai, & les ayant voulu partager par te milieu avec le fcaipe!, je trouvai au centre de t'une d'elles une concrétion extrêmement dure.

La première obfh'ucnon expofée au feu s'y durcit; je divifai l'autre tumeur en ptuneurs pàrties, j'en mis une dans de Fefprit'de-vin, & elle s'y durcit confidérablement une autre partie rutencore endurcie par le même moyen.

Je fis bouillir pendant quelque temps une partie de cette même tumeur dans de l'eau; eUe s'y coagufa toute entière, comme auroit fait un blanc d'oeuf.

Ces expériences ne prouveroient-elles pas que la tumeur éprploïque dont je viens de parler n'étoit ni fëreufe, ni gélatineufe, ni 'graineufe, mais lymphatique & c'eft peut-être parce qu'elle étoit de cette nature qu'elle fait des progrès fi rapides, la lymphe épanchéehors de fes couloirs s'épaiûit d'abord durcie elle forme le fquirre; & i'on connoît les fâcheufes terminaifons de cette tumeur. La dimcujté de guérir les ohm-unions de i'épiploon eft démontrée par tes observations précédentes; formées par des matières différentes, il faut les attaquer par des remèdes différens ie diffbivant d'une efpèce n'agit pas fur autre, ou, quipiseit, coagule au lieu d'atténuer.

Des T~FM~ ~7~ de /7<?/?.

S'H eH: prouvé que !a graine circu!e avec le fang dans nos -vamëaux, il en: auui confiant qu'elfe ~e dépote dans certaines parties en plus grande quantité que dans d'autres; celles qui jouident de beaucoup de fehnbilité, font dépourvues de graine, & celles dont la fenfation en: émounee en font furchargées. L'âge~apporte auffi quelques changemens dans !a-diftnbution-de !agra~e,-Ies enfans~