Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 728 à 728 sur 1043

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1771

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1771.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35697

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 77 %.
En savoir plus sur l'OCR


J'ouvris le cadavre, & je trouvai i'épiploon plus volumineux qu 'il n'a coutume d'être; vers le milieu de ce vifcère, plus près cependant du bord inférieur que du bord Supérieur, it y avoit une tumeur aufu gronë que le poing, dont il tranfudoit une humeur rounatre & très-fétide ie ~bas-ventre confenoit beau'coup de cette humeur, & la tumeur, qu'on coupa par ie milieu, 'en parut pteinë; à côté de cette tumeur on en découvrit deux autres moins groues, mais plus dures; je les détachai, & les ayant voulu partager par te milieu avec le fcaipe!, je trouvai au centre de t'une d'elles une concrétion extrêmement dure.

La première obfh'ucnon expofée au feu s'y durcit; je divifai l'autre tumeur en ptuneurs pàrties, j'en mis une dans de Fefprit'de-vin, & elle s'y durcit confidérablement une autre partie rutencore endurcie par le même moyen.

Je fis bouillir pendant quelque temps une partie de cette même tumeur dans de l'eau; eUe s'y coagufa toute entière, comme auroit fait un blanc d'oeuf.

Ces expériences ne prouveroient-elles pas que la tumeur éprploïque dont je viens de parler n'étoit ni fëreufe, ni gélatineufe, ni 'graineufe, mais lymphatique & c'eft peut-être parce qu'elle étoit de cette nature qu'elle fait des progrès fi rapides, la lymphe épanchéehors de fes couloirs s'épaiûit d'abord durcie elle forme le fquirre; & i'on connoît les fâcheufes terminaifons de cette tumeur. La dimcujté de guérir les ohm-unions de i'épiploon eft démontrée par tes observations précédentes; formées par des matières différentes, il faut les attaquer par des remèdes différens ie diffbivant d'une efpèce n'agit pas fur autre, ou, quipiseit, coagule au lieu d'atténuer.

Des T~FM~ ~7~ de /7<?/?.

S'H eH: prouvé que !a graine circu!e avec le fang dans nos -vamëaux, il en: auui confiant qu'elfe ~e dépote dans certaines parties en plus grande quantité que dans d'autres; celles qui jouident de beaucoup de fehnbilité, font dépourvues de graine, & celles dont la fenfation en: émounee en font furchargées. L'âge~apporte auffi quelques changemens dans !a-diftnbution-de !agra~e,-Ies enfans~