Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 527 à 527 sur 1043

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1771

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1771.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35697

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 77 %.
En savoir plus sur l'OCR


i

du papier qu'on doit attribuer cet inconvénient. Il en: aifé .d'en faire fentir ia raifon. Lorfqu'on plie une feuitte de papier, & qu'on appuie fur ies plis il e!t évident qu'il refait pour lors furies parties de i'étone du papier, un double effort. Le premier tend à reflerrer les parties de i'intérieur du plis, & à les rapprocher en diminuant t'épaineur de l'étoffe. Le fécond effort tend à produire une extenfion dans le fens de la furface du papier, le long. du dos du plis. Le premier effort en: combiné avec ie Second de telle forte, que fi les fibres de l'Intérieur du plis cèdent, i'ëxtenfion qui a lieu fur le dos du plis, efi: moins forcée. Mais fi ces fibres ne peuvent plus fe rapprocher dans ie fens de i'épaineur ou cèdent difficilement & ne fe compriment prefque point, alors celles de l'extérieur du plis, font un effort d'autant plus grand pour prendre toute i'extenuon, que la courbure du-plis exige: dè$-!ors un frottement réitéré fur cette courbure, produit la désunion des parties de l'etoffe du papier, compote d'ailleurs de fibres trèscourtes. Or. le papier de Hollande étant feutré par les procédés de t'échange, il eH: clair qu'il ~ne peut céder que très-peu dans le fens de Ton épaiffeur; il faut donc que tout s'entrouvre & fe coupe fur ie dos du papier.

On doit conftdérer d'ailleurs que la pâte triturée dans les cylindres eft beaucoup plus courte que celle qui fort des piles & qui a été broyée par les maillets. En conféquence, ie papier fabriqué avec la première pâte, quand même il n'auroit pas été fournis à t'échange, doit être plus canant que celui compofé de la féconde: on conçoit que des fjbres courtes fe défuninënt plus aifément, lorfqu'elles font expofées à un certain effort, que les fibres longues, parce que l'union deceHes-cieft plus confidérabfe, & qu'elles adhèrent par plus de points.

Les faits confirment cette explication; qu'on plie du papier de France & du papier de Hollande de la même épaineur, on verra la ligne de l'intérieur du plis tracée en creux fur le papier de France, au lieu qu'on ne remarquera aucun veftige femblable fur ie papier de Hollande.

~.° Ce tiffu plus ferré, ce feutrage plus complet de t'étone .du papier de Hollande~ préfente auffi un obftacie à i'imprefHo~