Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 491 à 491 sur 1043

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1771

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1771.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35697

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 77


pu nous étions places; nous avons répète cent rois ces épreuves fans en avoir jamais renenti ta plus légère incommodité ni la moindre naufëe*, fb)t que nous refpjrampns a jeun cette fumée, ou apr~s ie repas: elle ne produit pas même fur les yeux le picotement que çe~e du bois y pccanpnne quelquefois fi Ion odeur nous a. été défag) éabie, eife ne nous a pas paru abfbiument dirnci!e. a Supporter: ei!e l'e~ moins fans doute, mafgré l'opinion contraire, quaild elle s'ejH: étendue au ipin dans tes campagnes, 1 & qu'elle frappe ceux qui la croient funene: d'aineurs, nous avons, fui vi pleurs fois !a; fumée du yarech, a mefure qu'en :'e!eyant au-denusdes fatailes, elle fe répandpit fur les Mes a fur {.es pommiers en Heurs;, ~pn odeur régnoit toujours, mais ~le'étpit,tout autre a i'embpuchure.des ~burneaux; &: it faut'que nous ayons un préjuge à combattre féneu{ement, pour inMef tci ~ur une vérité dont jt n'étott pas a pre~mer qu'on doutât. ..Les ouvriers de tout âge, de tout (ëxe, qui brûtent le varech, i ce,tont pas p!us fujets que d'autres à des inru'mités; leur travai), f~'on adppte la gaieté de leurs propos, contribue même à leur fanté; queiques-uns d'entr'eux ont atteint i'âge de quatre-vingts & quatre-vingt-dix ans: ie nombre des personnes qui depuis ï/2/jusqu'en 1/0, font mp' dans huit paroines (Ituées fur ïe bord dp la mer, ayant qu'on y bruiat de varech, e(t égai au. nombre de çeiies qui font mortes dans ces mêmes parois depuis ~735 ï-7~8, années QÙ le travatf de ia foude y a été yif &: fans interruption ii eft afîez ordinaire dans quelques \'HIages utués au bord de la mer, d'employer cette p!an{e sèche pour faire cuire les alimens dans l'intérieur d~s maifons, & pour y .chauffer te four, fans qu'H résulte aucun accident de la fumée qui doit s'y répandre quefquefbis abondamment, & quiydeviendroit bien pius nuifible qu'en plein air, fi eiie ayoit quetque chofe de

On prétend que la fum~e du varech, en fe répandant dans la campagne, y a quelquefois arfe<fté vivement des hommes qui conduifoient la charrue, & a excité en eux de vio!ens vomifiemehs. Si ce fait eft certain fi ces -yon~HIemeps n'ont pas eu une caufe

étrangère à tette fumée, nous demandons pourquoi à l'embouchure même des fourneaux nous n'avons rien~ éprouve qui tînt d'un accident audt grave; pourquoi ne t'éprouvent )ama!$ tous ceux qui-brutent le varech dangereux; 1