Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 491 à 491 sur 1043

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1771

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1771.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35697

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 77 %.
En savoir plus sur l'OCR


pu nous étions places; nous avons répète cent rois ces épreuves fans en avoir jamais renenti ta plus légère incommodité ni la moindre naufëe*, fb)t que nous refpjrampns a jeun cette fumée, ou apr~s ie repas: elle ne produit pas même fur les yeux le picotement que çe~e du bois y pccanpnne quelquefois fi Ion odeur nous a. été défag) éabie, eife ne nous a pas paru abfbiument dirnci!e. a Supporter: ei!e l'e~ moins fans doute, mafgré l'opinion contraire, quaild elle s'ejH: étendue au ipin dans tes campagnes, 1 & qu'elle frappe ceux qui la croient funene: d'aineurs, nous avons, fui vi pleurs fois !a; fumée du yarech, a mefure qu'en :'e!eyant au-denusdes fatailes, elle fe répandpit fur les Mes a fur {.es pommiers en Heurs;, ~pn odeur régnoit toujours, mais ~le'étpit,tout autre a i'embpuchure.des ~burneaux; &: it faut'que nous ayons un préjuge à combattre féneu{ement, pour inMef tci ~ur une vérité dont jt n'étott pas a pre~mer qu'on doutât. ..Les ouvriers de tout âge, de tout (ëxe, qui brûtent le varech, i ce,tont pas p!us fujets que d'autres à des inru'mités; leur travai), f~'on adppte la gaieté de leurs propos, contribue même à leur fanté; queiques-uns d'entr'eux ont atteint i'âge de quatre-vingts & quatre-vingt-dix ans: ie nombre des personnes qui depuis ï/2/jusqu'en 1/0, font mp' dans huit paroines (Ituées fur ïe bord dp la mer, ayant qu'on y bruiat de varech, e(t égai au. nombre de çeiies qui font mortes dans ces mêmes parois depuis ~735 ï-7~8, années QÙ le travatf de ia foude y a été yif &: fans interruption ii eft afîez ordinaire dans quelques \'HIages utués au bord de la mer, d'employer cette p!an{e sèche pour faire cuire les alimens dans l'intérieur d~s maifons, & pour y .chauffer te four, fans qu'H résulte aucun accident de la fumée qui doit s'y répandre quefquefbis abondamment, & quiydeviendroit bien pius nuifible qu'en plein air, fi eiie ayoit quetque chofe de

On prétend que la fum~e du varech, en fe répandant dans la campagne, y a quelquefois arfe<fté vivement des hommes qui conduifoient la charrue, & a excité en eux de vio!ens vomifiemehs. Si ce fait eft certain fi ces -yon~HIemeps n'ont pas eu une caufe

étrangère à tette fumée, nous demandons pourquoi à l'embouchure même des fourneaux nous n'avons rien~ éprouve qui tînt d'un accident audt grave; pourquoi ne t'éprouvent )ama!$ tous ceux qui-brutent le varech dangereux; 1