Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 318 à 318 sur 1043

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1771

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1771.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35697

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 77


(6~.) Si l'on eût voulu faire ufage de l'exprefuon de y du on auroit eu

~A2;=+ 2378~

& par conféquent

A =: + ~si~ < = + o, d(infiant de la phare). On avoit pareillement pour l'obfervation de Touioufe, C=-}-~ip3, Z)==–~2<~3, A*=–8o~2, A==~87~: ou, retativement à l'exprefiïon de~ du j'. j~ 1

A == +~04.37.

(o~.) Lorsque l'on calcule par îes méthodes précédentes une phafe quelconque, il faut entendre par </('n~nt de la ph~Fc)~ l'erreur (ur t'in~ant précis de i'obfervation; c'e(t à-dire, la dir!ërence entre l'heure que marqùoit la pendule, & la véritable heure de i'obfervation. Mais )or(qu'H s'agit d'une plus grande phafë, c'e~i-à-dire iorfque l'on détermine l'angle de comparaifon par le moyen de la formule du ~2~ par d (infiant de la phafe) il ne faut pas entendre uniquement la différence entre l'heure que marquoit la pendule, & la véritable heure de l'obfervation, mais la différence entre l'heure que marquoit la penduie, & la véritable heure de la plus grande phafé; de forte que fi l'on eût pris mai-à-propos t'inftant de i'obfervation, pour i'inftant de la plus grande phafe. & que l'erreur de fa pendule eût compenfé cette méprife, ~(inHant de la phafe) ~rojt éE;at à zéro. Cette remarque m'a paru auez importante pour mériter quelqu'attention. (64.) Si l'on jette les yeux fur les expreffions de & de il (latitude de la Lune) du S. on pourra voir que l'erreur fur i'inftenit de la phafe innue d'une manière bien moins fenubie fur la Latitude de la Lune que fur dy; i'innuence fur la première de ces quantités n'eft qu'environ un dixième de l'influence fur la feconde. On peut donc, fans inconvénient, (e fervir des plus grandes phafes, pour déterminer la Latitude de la Lune correfpondante à t'inftant de la conjonction; mais il n'en eft pas de même dé la Longitude de i'Obfervateur. Cet ëtément eft arrec~é d'une manière très-fenubie de ferreur fur i'Miftant précis de la