Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 16 à 16 sur 800

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1769

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1769.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3567m

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 69


V.!esMem.~

'les Mén~.

P-~33-

les mêmes pierres brûlées dans le même état qu'à Saint-Gén~, où la préiënce du feu n'e(t pas équivoque &. s'il trouve quetques carrières de tripoii ices fignes manquejit, ne pourroit-on pas fuppo~er qu'it s'e~~brmé plus haut, &: y a été entraîné par îes eaux qui l'y ont déposé ?

H feroit donc très-nature} de conclure que le tripoli eft eÛen~ tiellement un tchlite ou une g!a!(ë brûiée, on a fouvent adopté en Phyfique des opinions moins appuyées de preuves; mais M* Fougeroux n'oie encore prononcer fur cet article, & ne propose fes idées, que comme un motif aux Naturalifies d'étudier de plus près la nature de cette matière. Plus on eft au tait de rHiâoIre Naturelle &: moins on fe prefiè de donner des décinons générales.

.SUR

f~ RAPPORT DES D7~<7Vr~ D~ D~ Z~~P~7~DF-r7~

AVEC SES DIFFÉRENS JDjEC~~ DE ~O~CË. N a dû s'apencevoii' de bonne heure, ~H'en mé!ant de l'eau pure à une liqueur fpintueufe comme, par exemple, de l'efp)it-de-in on arfoibHnoit ce dernier dans la même proportion .qu'on y joignoit de i'eau en forte qu'une liqueur compofée de parties égatt.s d'eau & d'efprit-de-vin, étoit de moMé m~ms ~ofte, ou moins fphitueufe que i'efprit-de-vin .pur..

n réfultoit encore néceffairement du mélange des deux HqiieufS, que t'eau étant (peciriquement ptus peinte que i'efprit-de-in la liqueur compose des deux devoit être d'Lme gravité Ipécirique, moyenne entre i'un & l'autre, & ju<que- on avoit bien rai~mé; mais on fe preHa un peu ~rop de conclure qtte cette augmet~tation de petanteur étoit toupurs proportionneHe à la quantité d'eau pure <ju'on y avoit rait entrer, c'eu:-à-diree4i raison inverfe de ~a~b)ce de la liqueur, & cette conctunonquoiqu'univerfëMement adoptée par les Physiciens âtt déme~He par ~'expérience.

T?–