Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 522 à 522 sur 726

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1761

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1761.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3559z

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 78


des greniers ce ~roit une raifon de foupçonner qu'une partie de ceux dont les campagnes ïont inférées, provient des chenilles qui étoient renfermées dans les Semences, qui s'étoient t conservées dans la terre pendant l'hiver & avoient pris leur e~br,après leur métamorphose en papillons, auîn tôt que les premières doucet.trs du printemps s'étoient fait Sentir. Dans une matière moins intéreuante que celle-ci, i'obfervation qui vient d'être rapportée nous eût peut-être échappé, ou du moins auroit été négligée comme n'ayant pas encore acquis aiiez de fondement mais il s'agit d'arrêter la perte des biens les plus précieux que nous devions à l'Agriculture. Pourrions-nous craindre de montrer de l'inquiétude &. dilumuler le moindre Soupçon

Le 18 du même mois, nous trouvames Soixante-dix ou quatre-vingts papillons nouveaux dans la première cafe; nous n'en vîmes que deux dans chacune des autres diviuons on ne les voyoit jamais qu'en très-petit nombre dans ces deux dernières cafes, pendant qu'ils fourmilloient dans la première. A cette expérience, fur laquelle fe portoit principalement notre attention, nous enjoignîmes d'autres qui avoient le même but & tendoient à nous faire connoître fi les papiitons pouvoient s'échapper de deffous une terre fbutée modérément fi ioriqueiieeit compacte &. battue par les pluies, ces infectes ny trouvent pas des obstacles insurmontables fi enfin à la faveur des grains qui germent & îbûièvent un peu la terre autour d'eux, les papillons, logés dans des grains voinns de cëux-ia, ne viennent pas à bout de ie développer & de percer mfenhbiement ia terre qui les couv)~

It en eit réfuitéqueces infectes placés à un pouce de terre, iorfqueiie eft meuble & médioctement humide, n'ont aucune peine à s'y ~airejour qu'il leur en coûte peu aurn de s'échapper, lorfque le grain où ils étoient étabiis eft à côté de quelques autres qui germent & fbûièvent ia terre, en produisant au dehors ia jeune plante, mais quits ont beaucoup dcMacies à vaincre forfque la terre qui les couvre quoique douce & légère, a trois pouces ouMviron d'épaiilëui-, & qu'ils périflënt intaiiiibiement