Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 44 à 44 sur 838

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1752

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1752.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35505

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 83 %.
En savoir plus sur l'OCR


Hottans de h valvule annulaire. Toutes ces colonnes varient prefque al'innni dans les différens H.ijets, tant pour leur forme que pour leur fituation celles qui s'étendent d'une paroi à l'autre fervent, ainû que celles qui les tapiûënt, à les fortifier; & celles qui vont fe rendre à la vaivuie, y font probablement mifes pour rendre impombfe le renverfement de cette partie, qui cau~eroit une mort inraii!ib{e.

La valvule annulaire a été regardée comme trois vatvu!es par les anciens Anatomiûes M. Lieutaud remet à. un aune Mémoire l'examen de cette question, il fe contente de dire qu'elle varie prodigieufement dans les dirtérens Sujets. La feule partie de cette vaivuie qu'il ait trouvé confhmment ia même,eu une efpèce d'appendice, qui, descendant de l'anneau de l'oreillette, & retenu par en bas par quelques-unes des colonnes charnues partage chaque ventricule en deux cavités prefque égales, dont l'une aboutit à l'embouchure. de j'oreillette, &: l'autre à celle de i'artère. Cette dernière eit encore une découverte de M. Lieutaud, elle avoit été totafement Ignorée .jusqu'ici, ou du moins perfonne ne i'avoit encore décrite, & il eft vrai à la lettpe, qu'on n'avoit jamais vu que la moitié .de chaque vcntricute du cœur.

La raifon qui avoit toujours empêché d'apercevoir celle'dont nous parlons étoit ia manière dont on ouvroit le cœur-; en te~dlilequant, on ne manquoit jamais de fendre la paroi extérieure de chaque ventricuie par fon milieu,, & d'écarter enfuite les deux bords pour laiffer voir le Tond or par cette manœuvre it arrivoit iniaiiiibtement que ce fond que' l'on piioit, fe rapprochoit de la cioifbn vaivuiaire & faifoit dirparohre la cavité qu'elle recouvre, au lieu. que par une' autre coupe qui laiffe toutes les ~parties en place M. Lieutaud donne le moyen de la voir dans toute fon. étendue: tant if efk vrai que les 'découvertes en Phyfique ne dépendent pas toûjours du feul travail, mais d'une certaine fagaçité néceflaire: poEU' envifager un objet fous toutes fes faces ,.&: ..pour forcer la Nature, toujours avare de îcs fecrets,.à à les. révéier.- .Onvoit aifément que les recherches qui font l'objet de~

Eii~