Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 216 à 216 sur 730

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires de mathématique et de physique, présentés à l'Académie royale des sciences, par divers sçavans, & lûs dans ses assemblées

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Moutard (Paris)

Éditeur : Moutard (Paris)

Date d'édition : 1763

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 3516

Description : 1763 (T4).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k34812

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32813419g

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32813419g/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 65 %.
En savoir plus sur l'OCR


leur direchon par ïix on douze heures, ceit-à-dire dernière~ nord &Ïud, & les premières eu: & oueft. 0

Toute cette moutagne ( je dis cette de Steingraben qui e~ extrêmement haute & efearpée, e0; rempue de nions de cuivre &: de ~er; c'e& à iëscôt~ qu'on a trouvé quelques morceaux d'un. ipalh fort Manc qui renferme des Quilles d'or vierge, d'un haut titre. M. de Vanoiîes, ci-devant îh tendant à Strafbourg, y a &it &ire à cette bccafton quelques rechercher qui ont été inh'u~ueuies, &] il n'y a: pas~d ïë' ne me ibis donnes depuis quatre ans pour d vëiae de ce précieux métal ïans pouvojF y rëuSr~i~y à apparence que <:e font desmorceaux détacha que le ;haj6rd produit. On n'oteroit pas de ridée des habiîaMs du ~eu c'u'iiy we~f de temps à autre des Ëtmngers chercher de ce minérat le feu fieur Schneider, Maire d'Orbey, m'a. afR~ré avoir v deux Ëtrangers qur~e~ dans, leurs uf~cs" 8~.y q~ie- c'étoit une terre très-noire mêlée de pierre Manche. Un ~ait encore plus confbnt,.c'e~qu~ y .,a environ deux ans; ie nommé Kentifeler Tiroiien,~quë nous avions chargé de" vinter quelques endroits dangereux où ~e n~oicis aHer, y trouva une bêche cachée au haut des branches d'un &ph!, mais cé!a n'ëH: pas une preuve certaine de ia mine, cet outiï pouvoit&rt bien y avoir été oubtié par quelque Berger. Ït iau~ encore convenir qu'iL y a certains ëfons dans_cettê montagne, d'une matière très-iingu!Ière&djné ordinaires c'eit une ejtpèce d ocre ou j6Me couîeur d orpiment, entre!ajSé de petites veines de quartz Hanc la pierre qui les accompagne eâ d'un grain brut c~MonneuXt &: TeHemMe aHez, pour îa çouteur, au marbre broeateue ou j&racQlin. Cette matière e~îort ~uijurëufe & Knd à fepreuve une matte qui ne tient aucun rtn.

Au revers de ta même montagne, dans le vaHon de Bruikback, il y a encorepMeurs jnions de mine de cuivre; jy j&îstravaHter a deux endroits, fa mine hy ëfLpas abortdante, mais eHe eS de très-bonne qualité.

Un peu plusbas dans le même VaHon, on trouve un ancien