Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 216 à 216 sur 730

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Mémoires de mathématique et de physique, présentés à l'Académie royale des sciences, par divers sçavans, & lûs dans ses assemblées

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Moutard (Paris)

Éditeur : Moutard (Paris)

Date d'édition : 1763

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 3516

Description : 1763 (T4).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k34812

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32813419g

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32813419g/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 65


leur direchon par ïix on douze heures, ceit-à-dire dernière~ nord &Ïud, & les premières eu: & oueft. 0

Toute cette moutagne ( je dis cette de Steingraben qui e~ extrêmement haute & efearpée, e0; rempue de nions de cuivre &: de ~er; c'e& à iëscôt~ qu'on a trouvé quelques morceaux d'un. ipalh fort Manc qui renferme des Quilles d'or vierge, d'un haut titre. M. de Vanoiîes, ci-devant îh tendant à Strafbourg, y a &it &ire à cette bccafton quelques rechercher qui ont été inh'u~ueuies, &] il n'y a: pas~d ïë' ne me ibis donnes depuis quatre ans pour d vëiae de ce précieux métal ïans pouvojF y rëuSr~i~y à apparence que <:e font desmorceaux détacha que le ;haj6rd produit. On n'oteroit pas de ridée des habiîaMs du ~eu c'u'iiy we~f de temps à autre des Ëtmngers chercher de ce minérat le feu fieur Schneider, Maire d'Orbey, m'a. afR~ré avoir v deux Ëtrangers qur~e~ dans, leurs uf~cs" 8~.y q~ie- c'étoit une terre très-noire mêlée de pierre Manche. Un ~ait encore plus confbnt,.c'e~qu~ y .,a environ deux ans; ie nommé Kentifeler Tiroiien,~quë nous avions chargé de" vinter quelques endroits dangereux où ~e n~oicis aHer, y trouva une bêche cachée au haut des branches d'un &ph!, mais cé!a n'ëH: pas une preuve certaine de ia mine, cet outiï pouvoit&rt bien y avoir été oubtié par quelque Berger. Ït iau~ encore convenir qu'iL y a certains ëfons dans_cettê montagne, d'une matière très-iingu!Ière&djné ordinaires c'eit une ejtpèce d ocre ou j6Me couîeur d orpiment, entre!ajSé de petites veines de quartz Hanc la pierre qui les accompagne eâ d'un grain brut c~MonneuXt &: TeHemMe aHez, pour îa çouteur, au marbre broeateue ou j&racQlin. Cette matière e~îort ~uijurëufe & Knd à fepreuve une matte qui ne tient aucun rtn.

Au revers de ta même montagne, dans le vaHon de Bruikback, il y a encorepMeurs jnions de mine de cuivre; jy j&îstravaHter a deux endroits, fa mine hy ëfLpas abortdante, mais eHe eS de très-bonne qualité.

Un peu plusbas dans le même VaHon, on trouve un ancien