Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 191 à 191 sur 730

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires de mathématique et de physique, présentés à l'Académie royale des sciences, par divers sçavans, & lûs dans ses assemblées

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Moutard (Paris)

Éditeur : Moutard (Paris)

Date d'édition : 1763

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 3516

Description : 1763 (T4).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k34812

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32813419g

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32813419g/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 65 %.
En savoir plus sur l'OCR


> J ai pue & lavé le quartz gris dont ai parlé ci-detius il rend un iavm très-fembiabie à la mine d'étain brun, tirant un peu fur la couleur de bifmuth ou de gorge de pigeon & fort t approchant d'une efpèce de mine de zink dont parle Valerius. Cela m'avoit d'abord fait croire que le métal qui en provient eu: une efpèce de mélange de plomb & de zink; mais ce métal réduit en chaux & pouffé par une longue calcination ne rend pas la moindre fleur de zink, non pius que par une longue fufion.

Ce iavin contient trois fortes de bleindes, qu'on ne peut diflinguer que par la calcination la première, qui eu: la plus abondante, eu: d'une couleur anez femblable à la galène de p!omb. Je l'ai tenue douze heures consécutives au plus grand feu fans avoir pû lui faire perdre fon brillant je l'ai fondue avec trois parties de iitarge & fix parties du meilleur flux, les fcories ont encore été parfemées de brillant: elle tient beaucoup de fer & quelque teinture d'argent.

La féconde rougit feulement au feu, devient légère & furnage à l'eau elle prend à ce degré de feu une très-belle couleur d'or: il s'en trouve beaucoup dans les décombres des Anciens; il y en a aufïi quelque peu qui en: jaune naturellement, & qui n'a pas befoin d'être rougie au feu pour prendre cette couleur.

La troifième ennn, qui en; la plus mstaHique, prend à fa calcination la couleur de gris-cendré, tout fembiabie à celle que prend la mine de piomb; elle rend en effet à {'épreuve une efpèce de plomb très-nnguiière il reuemble au plus bel étain il eu: très-fbnore, d'une belle couleur d'argent il n'eu: pas plus malléable que l'étain dont il a toutes les propriétés, excepté fur la coupelfe, où il ne donne aucune chaux ni bourfbumure. H coupelle avec des fleurs comme lebifmuth, mais le bouton de fin qui en provient eft toujours couvert d'une pellicule de chaux blanche, tout femblable aux boutons d'argent qu'on tire de l'étain. La même chofe arrive au bouton d'argent que je tire des fcories de l'ancienne Fonderie. I! eft bon d'atoûter ici que la fonte des Anciens n'étoit pas exacte~ i~