Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 78 à 78 sur 668

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1931

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44652

Description : 1931 (T60).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3275j

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 92


sans confortable, certes, mais dans le bienfaisant silence et le recueillement

Tel était le nouveau domaine de Munier; désormais, il ne quittera plus Hébert, il l'assistera à Paris, lui rendant de multiples services; il l'accompagnera dans toutes ses excursions géologiques, proches ou lointaines. Leur association fut extrêmement intime, mais combien traversée par de fréquents, violents et passagers orages En toutes choses, Munier tient tête au patron qui se fâche, mais ne peut se passer de lui. A tout instant, il le lui faut, et sur l'heure. On le cherche sans succès, de la cave au grenier, ou encore dans un petit café de la place de la Sorbonne. Enfin il arrive. A peine a-t-il franchi la porte et déjà Hébert, tout rouge, de s'écrier « Monsieur Munier cela ne peut plus durer, je vous chasse! allez-vous-en! » Et Munier, placide, de partir dans une pièce lointaine où, en compagnie de quelque Ammonite, il attend patiemment la fin de l'orage; puis il va reprendre sa place dans une pièce voisine du cabinet du maître. Et la vie continue; elle continua ainsi pendant trente années, en dépit de l'extraordinaire disparité de caractère des deux hommes. Hébert, bourgeois autoritaire et prompt à la colère, pontifiant volontiers mais avec bonhomie, respectueux de toutes les hiérarchies et de l'ordre établi eu toutes choses y compris la stratigraphie. Munier, bohème, fantaisiste, bon enfant, mais frondeur, à la langue aussi acérée que spirituelle, ne respectant ni dieux ni maîtres. Pour être paradoxale, une telle symbiose n'est pas aussi exceptionnelle qu'on pourrait le penser; il arrive que certains hommes admirent implicitement chez les autres toutes les audaces dont ils sont dépourvus et deviennent ainsi les inconscients esclaves de cette étrange fascination.

En 1 879, Munier est nommé sous-directeur du laboratoire des recherches géologiques à la Sorbonne. L'année suivante, notre confrère Delesse, vieilli, ne peut plus assurer complètement la direction des exercices pratiques de l'École Normale supérieure, où il enseigne la géologie, Hébert lui donne Munier comme aide, et celui-ci s'acquitte si bien de ses fonctions, intéresse à tel point les élèves que,