Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 39 à 39 sur 460

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1928

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44652

Description : 1928 (T59).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k32747

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 86 %.
En savoir plus sur l'OCR


Enfin il me reste à signaler une dernière observation minéralogique. Au cours de leur exploration de la région de Bogota, Boussingault et. Rivero constatèrent que l'enclume du maréchal-ferrant du village de Santa Rosa était formée par un bloc de fer métallique, à surface caverneuse. Une rapide enquête leur apprit que ce bloc avait été trouvé en 1810, à demi enterré, sur la colline voisine de Tocavita, près d'un sentier très fréquenté, où il n'avait pas été observé jusqu'alors. Ils constatèrent sur place que le sol de cette colline était forme par des grès d'âge secondaire, puis, dans le voisinage, ils trouvèrent des fragments plus petits -du même métal. Ces constatations leur firent penser à la possibilité d'une origine extra-terrestre, qui put être démontrée par l'analyse chimique; celle-ci, en effet, révéla la présence de 5 à 6 pour 100 de nickel.

On sait que dans diverses régions, et notamment dans les parties désertiques du Chili et du Mexique, il existe, à la surface du sol, et sans relation avec sa constitution géologique, des blocs de fer niekélifère d'un poids souvent considérable; leur origine est attestée par la similitude de leur composition chimique et de leurs propriétés physiques avec celles de blocs métalliques dont la chute des espaces célestes a été constatée directement, mais le nombre de ces derniers, une dizaine environ, est infime par rapport à celui des fers qui ont été seulement trouvés et dont plus de deux cents ont été enregistrés. Boussingault et son compagnon constatèrent la présence de blocs analogues à Ragasta, près de la mine de sel de Zipaquirâ.

Depuis lors, la connaissance des fers météoriques a fait de grands progrès; l'étude métallographique permet d'y déceler plusieurs variétés de structures; l'examen des échantillons de fer de Colombie conservés dans les collection s a été fait; il a appris qu'en dépit de leur analogie de composition chimique, ils correspondent à des types différents.

La collection du Muséum ne possède que de très petits morceaux du fer de Tocavita. Boussingault avait bien acheté, moyennant cent francs, le bloc du maréchal-ferrant avec l'intention de l'envoyer à