Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 643 à 643 sur 885

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1829

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44652

Description : 1829 (T8).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3223j

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 88 %.
En savoir plus sur l'OCR


équations

en supprimant le facteur a commun CI tous leurs termes. Elles sont, comme on voit, les mêmes que si l'on eût supposé les dimensions du parallélépipède infiniment petites; hypothèse qui n'aurait pu convenir à un corps formé de molécules qui ne sont pas contiguës. Il est même nécessàire que ces dimensions soient de très-grands multiples du rayon d'activité des molécules, afin que l'on puisse négliger, par rapport à l'action entière du corps sur chaque face, la partie qui répond aux points dont les distances aux arètes sont moindres que ce ray on sans cela cette partie influerait sur les composantes relatives à deux faces adjacentes, et l'on ne pourrait plus employer dans les équations (3), les valeurs de PI, 1 QI etc., précédemment calculées.

(g) L'équilibre du parallélépipède exige encore que l'on ait égard aux moments des forces qui le sollicitent;,et les sommes de leurs composantes étant déja nulles suivant trois axes rectangulaires, on pourra rapporter leurs moments à tels axes que l'on voudra nous prendrons pour ces axes, trois droites menées par le point M, parallèlement aux axes des x,y, z. Il est évident qu'alors les moments des forces données qui agissent sur tous les points du parallélépipède seront des quantités du quatrième ordre par rapport à ses dimensions et devront, par conséquent, être négligés. Il n'en sera 49.