Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 434 à 434 sur 885

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France

Auteur : Académie des sciences (France)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1829

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1829 (T8).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3223j

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 88 %.
En savoir plus sur l'OCR


(22) Cela posé faisant la longueur de l'écluse. = L Sa largeur. = l La profondeur d u canal = es portes. '~z;'

Les épaisseurs moyennes des revêtements. --z" du radier !z

du l'a 1er. =

nous aurons

L'équation (I I) deviendra, par l'introduction de ces valeurs,

dans laquelle il,ne s'agit plus que de substituer aux quantités z' z", 1 Z", leurs, expressions en fonctions de x, déduites de la condition de l'équili.bre entre les efforts qui tendent à opérer la -rupture ou seulement à altérer la stabilité des portes, des revêtements 'du sas, et.du radier, et les.résistanc:es~ue ces diverse- parties de \,écluse opposent fr-ces efforts. (z3j l'ôi~tes. Les' biefs supéricuhi et inférieurs étant supposés pleins, comme ils le son quand le canal est en activité, la chàrge d'eau que soutient la porte d'amont du côté du sas contre:.balance en partie l'action dé l'eau du bief'supérieur contrêcetté même porte. Ed 'étâblissânt, pour ceF~t de choses, l'équation d'équilibre entre la résistance de cette porte et l'effort qui tend à la rompre, on obtiendrait donc pour l'épaisseur z' une valeur qui serait trop faible dans ,tous les