Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 274 à 274 sur 885

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1829

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44652

Description : 1829 (T8).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k3223j

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343783130/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 88 %.
En savoir plus sur l'OCR


cédé de Borda, et l'on a pris de même pour Toulon la moyenne des longueurs données par les deux pendules du capitaine Duperrey. Celles-ci comme les précédentes, ne différaient d'ailleurs entre elles que de i ou 2 centièmes de millimètre.

NOMBRE E x.OGARITHME

d'oscillations infini- LONGUEUR du coeffi- LONGUEUR

L I E U X LATITUDE' ment petites dn pen- du pendule cient du du pendule dule de comparaison du carré du si- équatorial

D'OBSERVATION. boréales L. réduit au vide et an simple 1. nus conclu conclue a niveau de la mer. log. b.

Paris. 48°.5ô r 1.90336,6668 9 tum

Pan. 48. 4 IN°3 .9° 1 684978 993 ~56463 mm

Toulon. 43 1 1.9°314,6060 o,6933747 991,058878

Tonlon.43 7 20 IN°3.90145,9556! 993,365222

Le coefficient du carré du sinus se trouve ici plus faible qu'il ne l'était de Dunkerque au 45e degré, et plus fort que du 45e degré à Barcelone, conformément à l'existence d'un décroissement progressif; et ce qui offre une confirmation plus précise encore, la valeur o,693374'7, qui lui est assignée par ces expériences faites du fj9e degré au 43e, est presque exactement la moyenne entrelesvaleurs 0\7425517 eto,637705I trouvées par nos premières expériences pour l'intervalle du 5Ie au 40e degré. Rien de tout cela ne peut se concilier avec la valeur du même coefficient, obtenue pour les latitudes plus boréales.

Cette valeur 0,6933747 devant convenir, à fort peu près, aux diverses parties de l'arc que les latitudes de Paris et de Toulon embrassent, elle doit suffire pour déduire avec une grande approximation, de ces deux stations extrêmes, les lon-