Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 82 à 82 sur 369

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Bulletin de la Société de linguistique de Paris

Auteur : Société de linguistique de Paris

Éditeur : Klincksieck (Paris)

Éditeur : Edouard Champion (Paris)

Éditeur : Éd. Peeters (Paris)

Date d'édition : 1912

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1912 (T18,N60)-1913 (T18,N61).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k321590

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343492767

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343492767/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


de doctorat sur son patois, étudié d'après la méthode graphique. » Voici, pour finir, quelques remarques de détail. P. 40, M. M., en conclusion de plusieurs § il distingue trois sortes d'a, M. M ajoute: une remarque. qui s'applique. autres voyelles, c'est que ces différences de voyelles ouvertes, moyennes, fermées, ne sont pas tellement délimitées, qu'un même mot ne puisse successivement passer par l'une ou l'autre de ces catégories, suivant sa place dans la phrase. » Ces faits de phonétique syntactique devaient être, non pas vaguement résumés, mais étudiés dans le détail. P. 61, à propos de la nasale de M</ (= frs vendre) etc., M. M. s'appuie sur la coexistence de kwan (= frs couenne) au sens propre et de uyey A'K~M comme terme d'injure et sur 6/'a d si (= sciure de bois) pour admettre qu'à Chaulgnes la nasale a est plus récente qu'en français ce sont simplement des mots empruntés à d'autres parlers, ou peut-être au français populaire, qui connait A'M~eM et bre". P. 64, 1. 4 à côté des infinitifs de la 2e conj., ~a/' (devoir), <~y savàr ~;<<h', il fallait noter et expliquer uOr (voir) cité § 512. P. 68 § 77 pourquoi citer *MH!6!7!CM)M nebri dans un § qui annonce des exemples féminins? P. 69 § 8t et p. 72 § 95 les explications trop brèves de faits fort difficiles, outre qu'elles sont inutiles, sont obscures; on voudrait savoir comment M. M. accorde les 2 §. P. 73 § 100 /o~ /ïyœz? il y a substitution de suffixe c'est un exemple à supprimer. P. 73 § 104 ~ot'CM!Muc; M. M. ajoute: récent, mais c'est un rapprochement incorrect; il y a eu changement de conjugaison. P. 99 § 180 glenare y/fMf n'est pas à sa place dans un § qui traite de a libre initial ou précédé d'une consonne. P. 116 § 237 ~M et a</<e sont des mots d'étymologie tout à fait obscure il valait mieux les laisser de côté, le choix d'une des nombreuses explications qu'on a proposées n'étant pas justifié.– P. 124, 125. Plusieurs faits intéressants d'assimilation ou de dissimilation sont cités, qu'il aurait fallu réunir et étudier dans des §§ spéciaux. Cf. aussi § 290 etc. P. 131 § 293 une observation d'un correcteur « manière de parler peu précise » a été malheureusement introduite dans le texte. P. 164 § 424