Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 281 à 281 sur 369

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Bulletin de la Société de linguistique de Paris

Auteur : Société de linguistique de Paris

Éditeur : Klincksieck (Paris)

Éditeur : Edouard Champion (Paris)

Éditeur : Éd. Peeters (Paris)

Date d'édition : 1912

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1912 (T18,N60)-1913 (T18,N61).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k321590

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343492767

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343492767/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 94


à propos de la voyelle nasale e dans les mots yc?M~ tendre, vendredi, M. B. remarque que « ces formes ne s'étendent pas au sud de la région ardennaise [et que] leur limite coïncide avec celle de 1' r dit lorrain. Il semble donc que l'on doive expliquer la présence de l' g par la présence de l'r lingual ardennais l' qui est guttural, n'aurait eu aucun effet sur l'articulation de la voyelle ». Cette théorie de l' f guttural est reprise § 205 à propos de d final dans dus, dur, usité dans les parlers lorrains, et § 240 à propos de <; -rs-, v. aussi § 242 Rem. II. Je ne conteste pas que f guttural puisse devenir A', ainsi que l'attestent les graphies de l'Atlas ~K~MM~MC de la France. Mais les explications historiques que M. B. fonde sur la prononciation de cet f me paraissent contestables le développement doit en être récent, car les parlers du sud des Vosges connaissent encore r lingual (alvéolaire serait mieux dit) or dans ces parlers et les parlers limitrophes de la Franche-Comté où l' est également alvéolaire, -rs- est devenu et tendre s'y dit My; quant à « gendre a, les conditions n'en sont pas identiques, il faut tenir compte de la palatale précédente.

La quatrième partie, intitulée Phénomènes phonétiques <yg~?'<!M.c §§ 286-346, est un. heureux essai de systématisation j'y signale particulièrement l'excellent chapitre sur la diphtonguaison des voyelles. On aurait voulu y voir un chapitre consacré au « rôle prépondérant des voyelles intermédiaires », dont il est si souvent parlé au cours de l'exposé analytique, par exemple § 48. Le § 347, qui condense en quelques brèves formules les « tendances. qui ont dominé les changements passés et qui dirigent les changements futurs », termine l'Étude. Il semble cependant que quelques-unes de ces conclusions dépassent les données des pages antérieures. La troisième tendance Les éléments vocaliques tendent à se distribuer dans la phrase .Mn'CM~ MM rythme trochaïque, dont une des conséquences est que « Les mots tendent à se réduire à deux syllabes ('") M résulte d'une théorie de l'accentuation, qui a été à peine eSleurée dans le seul § 345. Quant à la conclusion finale: « En dernière analyse les patois