recherche dansTout Gallica

Formulaire de recherche pour Tout Gallica

    recherche dans Livres

    Formulaire de recherche pour Livres

      recherche dans Manuscrits

      Formulaire de recherche pour Manuscrits

        recherche dans Cartes

        Formulaire de recherche pour Cartes

          recherche dans Images

          Formulaire de recherche pour Images

            recherche dans Presse et revues

            Formulaire de recherche pour Presse et revues

              recherche dans Enregistrements sonores

              Formulaire de recherche pour Enregistrements sonores

                recherche dans Partitions

                Formulaire de recherche pour Partitions
                  Fermer
                  Aucun mot recherché, veuillez saisir un terme.
                  Fermer
                  Accueil Consultation

                  Notice complète

                  Fermer

                  Titre : Le Magasin pittoresque / publié... sous la direction de M. Édouard Charton

                  Éditeur : [s.n.] (Paris)

                  Date d'édition : 1833-1938

                  Contributeur : Charton, Édouard (1807-1890). Directeur de publication

                  Contributeur : Desportes, François. Rédacteur

                  Type : texte,publication en série imprimée

                  Langue : Français

                  Format : application/pdf

                  Identifiant : ark:/12148/cb32810629m/date

                  Identifiant : ISSN 17707080

                  Source : Bibliothèque nationale de France

                  Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32810629m

                  Description : Périodicité : Hebdomadaire ; bi-mensuel ; mensuel

                  Description : Etat de collection : 1833 (année 1)-1912 (sér. 2, t. 13, année 80)

                  Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Pam1

                  Provenance : bnf.fr

                  Date de mise en ligne : 15/10/2007

                  Fermer
                  Accéder au premier volume de l'année 1854 Accéder au volume précédent 1854 (A22). Accéder au volume suivant Accéder au dernier volume de l'année 1854
                  Première page Page précédente Page
                  Page suivante Dernière page (Vue 100 / 416)
                  Télécharger / Imprimer
                  Fermer la popin

                  Téléchargement

                  Vous avez la possibilité de récupérer un fichier informatique contenant plusieurs pages de l'ouvrage. Ce fichier peut être au format Acrobat PDF, JPEG monopage ou texte non structuré txt. Vous pouvez ainsi consulter le document sous ces différents formats et les imprimer.

                  Choisissez le format du fichier:
                  PDF
                  JPEG (Seulement page à page sur la page en cours)
                  txt


                  Choisissez de télécharger :
                  le document entier
                  une sélection du document


                  En cochant cette case, je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utilisation et je les accepte.

                  Fermer
                  Contribuer

                  Signaler une anomalie

                  Vous souhaitez signaler une anomalie sur le document suivant :

                  Titre : Le Magasin pittoresque / publié... sous la direction de M. Édouard Charton

                  Auteur :

                  URL de la page : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k314378/f100.image


                  Merci de décrire l'anomalie rencontrée le plus précisément possible, grâce aux propositions ci-dessous et/ou à la zone de commentaires.


                  Nature du problème :

                  Données bibliographiques erronées

                  Incohérence entre les données bibliographiques et le document affiché

                  Image(s) floue(s) ou tronquée(s)

                  Document incomplet ou page(s) manquante(s) :

                  Table des matières incohérente ou incomplète

                  Problème de téléchargement

                  Document inaccessible

                  zoom

                  OCR/texte

                  mode écoute

                  mode plein écran

                  autres (à préciser dans le champ commentaires)

                  Autres (à préciser dans le champ commentaires)


                  Commentaires :



                  Laissez nous votre courriel afin que nous puissions vous répondre:


                  Veuillez recopier les caractères que vous voyez dans l'image.

                  La saisie n'est pas conforme à l'image affichée

                  Fermer

                  Envoyer par courriel

                  Fermer
                  Un courriel a été envoyé au destinataire Suite à un problème technique, le courriel n'a pas pu être envoyé. Veuillez réessayer, s'il vous plaît.
                  Fermer

                  Module de recherche

                  Cliquez ici pour replier le module de recherche vers la gauche ou pour l'ouvrir

                  Résultats de la recherche

                  Maine: 10 pages trouvées

                  p.15
                  L'ouverture, basse et encombrée de jamais ni heureux ni malheureux par notre volonté ou par terre et de fragments de rocher, conduit par une pente à notre faute, c'est faire même affront à la conscience hu- un double vestibule large d'environ 25 pieds et long de 45 maine

                  p.160
                  A travers la foret il mène sa compagne

                  p.190
                  FEMELLE, o~ DE CULTURE vraie I\"' nous P~ M °~ a désirer de >es L EPUCA'l'10N gQ.~m~ OtP DE LA CULTURE lui ressembler, est le plus noble apanage de la nature huDE maine, je pourrais ajouter, des natures célestes

                  p.263
                  Ayant demandé à un pâtre de cette province, qui avai mené des chèvres près d'une de mes stations, quelle étai l'origine de cette dénomination, dont ses compatriotes s< montraient si ouënsés -Je ne sais, me dit-il en souriant finement, si je doi: vous répondre

                  p.293
                  Sitôt les petits venus, elle les mène quelque temps, mais elle les abandonne plus tût que les autres, pour se remettre à pondre immédiatement

                  p.331
                  elle nous mène en laisse, elle nous aiguillonne, elle nous condamne à une torture'à la fois odieuse et désirée

                  p.362
                  L'escalier dont nous venons de parler mène à un bassin dont l'aspect seul prouve qu'on est dans une résidence royale, ce que le visiteur ne devine pas d'abord, lorsqu'il arrive par l'entrée ordinaire

                  p.363
                  Jamais il n'avait mené une vie aussi pénible

                  p.374
                  de SMnt-CMmcat, près Saumur (Maine-et-Loire

                  p.408
                  depuis tasagacitë du barbet, l'inteUigence du chien de ber- ~'SE'a8-'co)onne~i\"nc9etoto o\"~ 'i–ï' Un )' ger, jusqu'au dévouement du terre-neuve et du grand chien de i'institut'veut Men nous' adresser quctques'oServations au S de des Aines l'article Intitule Jt/adame de 5(ae7 a Ccp~ef. Le mot e entre l'esprit es pes et la béante e ne doit pas être attribué a M. Matthieu de MontmorenM, espnt digne et scrieux, Ms-eioign~ de t'ombre même d'un madrigat on croit qu'i) p'\")t e)re plus convettaMement

                  Rechercher dans ce document

                  Rechercher dans ce périodique

                  Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs.

                  Il a été généré par O.C.R. Le taux de reconnaissance obtenu pour ce document est de 92,91 %.




                  MAGASIN PITTORESQUE.

                  96

                  sont les fruits de l'histoire et de la poésie, quelle est la
                  nécessité de la grammaire, la base et le fondement des
                  autres sciences et que pour conduire ces choses à un degré
                  de perfection qui les rendit avantageuses la république,
                  il fattait dresser le plan d'une compagnie la vertu seule
                  fût admise, le mérite placé, l'esprit et le savoir rassemblés
                  par des suffrages. LA BRUYÈRE.
                  LE ROI DE LA ROUE.

                  LÉCEKDE 'ttBÉTA!KE.

                  Le roi Tchakravartin, roi de la roue, possédait les sept
                  choses précieuses le trésor de la roue, le trésor de l'élé-
                  phant, le trésor du cheval le trésor de la femme, le trésor
                  de la perle, le trésor du maître de la maison, et le trésor
                  du conseiller.

                  c De quelle manière le roi Tchakravartin est-il en pos-
                  session du trésor de la roue (')?

                  )' J'ai appris que, pour le roi Kchattriya, qui a tavé
                  sa tête le quinxiémejour de la lune destiné a la pénitence,
                  qui a jeûné, et est allé sur les terrasses du palais envi-

                  Le ro) TchtAMvartin ( qui tourne la roue ) et ses sept trésors. Bas-relief du Musée de Madras, provenant du MauMMMpouram.

                  Le ~'Mor femme. La femme est convenable, née
                  de la race kchattriya (caste militaire) pas trop grande,
                  pas trop petite, pas trop grasse, pas trop ma)gre, pas trop
                  blanche, pas trop noire; très-belle, bienveillante, agréable
                  aux yeux, d'une beHecouteur et parfaitement proportionnée.
                  De tons ses pores s'échappe un parfum de santal sa bouche
                  exhale le parfum du lotus bleu.

                  Le ;)'eso)' ~«MSt~'a de la M~son. Le ma!tre de la maison
                  (intendant ou premier ministre) est savant, éclairé, prudent.
                  Il a un osit divin qui lui fait découvrir, dans la circonfé-
                  rence d'un yôdjana (5 kilomètres), les trésors cachés qui
                  n'ont pas de maître, et dont il fait la propriété du roi qui
                  &lt;0!H'7te la roite.

                  Le trésor dit conseiller. Le conseiller est sage, éclaire,
                  prudent, et aussitôt que la loi a pensé à faire un choix,
                  il choisit les armées qu'il faut choisir.

                  On trouve dans les livres bouddhistes une autre nomen-
                  clature des choses précieuses, convenable pour tout le
                  monde les trésors de l'éléphant, du cheval, de l'homme
                  (') Voy. le Lalita Vistara ~}~Ct &lt;c/t'e)- p~, ou Développement
                  des jeux, traduit sur la version tibétaine du BkaMtgMur, parPb.-Ed.
                  FoMaux,&lt;8.i8.

                  ronné de ses femmes, le trésor de la rone divine apparaît
                  dans la région occidentale, et que c'est ainsi qu'il sera un
                  roi Tchakravartin.

                  e. Et le roi Tchakravartin, ayant rejeté son manteau
                  sur une épaule, et mis' le genou droit à terre, de la main
                  droite pousse cette roue divine en disant Tourne, véné-
                  rable et divin trésor de la roue, avec la loi, et non sans
                  la !oi 1

                  c Cependant cette roue, mise en mouvement par le roi
                  Kchattriya, s'avance en faisant naître des apparitions dans
                  l'atmosphère orientale,)' »

                  Le trésor de la roue donne une puissance surnaturelle,
                  assure la victoire, etc.

                  Le trésor de r&lt;'7ep~ant. L'éléphant est blanc, la tcte
                  ornée d'or; il va à travers les cieux; on l'appelle Bodhi
                  (intetiigence).

                  Le trésor du cheval. Le cheval est b~uàtre, sa tête est
                  noire, sa crinière noire; il va à travers les cieux. On l'ap-
                  pelle Balôhaka (rapidité du nuage).

                  Le &lt;M'so)' ~e7e perle. La perle est toute bleue et a les
                  huit nuances du !apis-Iazu!i. A minuit, eMe éclaire comme
                  le soleil.

                  esclave, de la femme esclave, de t'ouvner, du champ, du
                  ménage.

                  DOUCË FRANCE. I I

                  &lt; Douce France » est une expression favorite de la poésie
                  chevaleresque du douzième et du treizième siéc)e.

                  Dep)usursdMSM&rcmcmbrt'r)ipt)st.

                  De &lt;!M~ce France, des humes de sun lign.

                  ~&lt;!C7tHKM?t~e/!c~O)tf!.

                  Ci n'en perdrat France ~M~ee sun los.

                  Ibid.

                  !) est en douce FroxM un bon rot Loeys.

                  AMe~/M'aM.

                  Et puis en douce frnnce à Karlemaine iras.

                  Contt de N'on~ane.

                  BUREAUX D'ABONNEMENT ET M VE~TE,
                  rue Jacob, 30,âParM.

                  r~TOCRAPmE DE J.BEST,RUE POUPÉE,'?.


                  Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

                  Partager

                  Permalien sur ce document

                  Permalien sur cette page
                  Lecteur exportable

                  Vignette exportable
                  Envoyer par courriel

                  Blogs et réseaux sociaux