Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 329 à 329 sur 732

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : L'Univers. , Algérie / par MM. les capitaines du génie Rozet et Carette. États tripolitains / par M. le Dr Ferd. Hoefer. Tunis / par le Dr Louis Frank,...

Auteur : Rozet, Claude-Antoine (1798-1858)

Auteur : Carette, Ernest (1808-1890)

Auteur : Frank, Louis (1761-1825)

Éditeur : Firmin Didot frères (Paris)

Date d'édition : 1850

Sujet : Algérie -- Histoire

Sujet : Algérie -- Géographie

Sujet : Tripoli (Liban)

Sujet : Tripoli (Libye)

Sujet : Tunis (Tunisie) -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 3 parties en 1 vol. (32-347-128-228 p.-[7] f. de pl.-[1] dépl.) : carte et pl. gravées ; in-8

Format : application/pdf

Description : Comprend : États tripolitains ; Tunis ; Précis historique des révolutions de Tunis

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k30796c

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39203147m

Relation : Titre d'ensemble : L'Univers : histoire et description de tous les peuples

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308770555

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 93 %.
En savoir plus sur l'OCR


taient encore à peu de distance d'Atger, et qui tenaient la population civile prisonnière dans les villes, éleva des rectnmations presque universelles contre le maréchat Valée. Le gouvernement eut le tort de se souvenir en ce moment des dissentiments qu'il avait eus avec le gouverneur générât pendant le cours de son administration; et, oubliant les glorieux services du vainqueur de Constantine,iiierappetaenFrance.

Dans les premiers jours de l'année 1841 le maréchat Valée remit le commandement au générai Schram, et s'embarqua pourla France. H reçut à son départ des témoignages non équivoques et unanimes de la sympathie de l'armée et des habitants d'Alger. On oublia ce que les formes, souvent très-brusques, du vieux guerrier avaient de blessant, pour ne se souvenir que des services qu'il avait rendus à la colonie. En effet, c'était à lui qu'on devait la prise de Constantine; it avait organisé cette province d'après un système rationne) comportant des modifications successives, et qui aujourd'hui encore sert de base au gouvernement des indigènes; il avait ramené dans tous les services administratifs la discipline et l'observation des règles; il avait formu)éiep)an de campagne qui devait amener la chute d'Abd-et-Kader, et que son successeur fut appelé à réaliser; enfin, en écrasant les troupes régulières de l'émir dans vingt actions de guerre meurtrières, il avait donné aux indigènes une si haute idée de notre supériorité militaire, qu'ils n'osèrent plus se mesurer à nous en bataille rangée. Ces beaux servieesterminerent dignement tacarrièremititaire du maréchat Vaiée, commencée pendant les premiers orages de ta révolution de 89. Le général Bugeaud ~oM~erneM?' général.

(Du 29 décembe 1840, jusqu'au 11 sep. tembre 1847.)

PREMIÈRES MESURES. Débarqué à Alger le 22 février 1840, le générai Bugeaud en partit deux jours après pour visiter les avant-postes. Il fut frappé des inconvénients qui résultaient de la dissémination des forces dans un grand nombre de postes permanents,

et il proposa immédiatement au ministre d'évacuer la plupart des lieux occupés précédemment et de tenir la campagne avec toutes les troupes disponiles, afin de poursuivre les Arabes et de prendre partout l'offensive. Cette pensée était évidemment très-sage; mais le nouveau gouverneur général l'exagéra en demandant l'évacuation de Médéah et de Mitiana. Le gouvernement ne ratifia pas ces projets dans ce qu'ils avaient de trop absolu. Quelques postes peu importants furent seuls évacués; on conserva Médéah, Miliana et Cherchet, l'effectif de l'armée fut porté à soixantetreize mille cinq cents hommes et treize mille cinq cents chevaux il devait être augmenté encore de quatre mille cinq cents hommes pour les opérations de l'automne. Le généra! Bugeaud reçut des instructions pour poursuivre l'exécution du plan arrêté )'année précédente. Il devait occuper Mascara, et Mostaganem était appelé à devenir la base principale des mouvements des troupes dans la province d'Oran.

PRÉLIMINAIRES DE LA CAMPAGNE. Avant de commencer la guerre offensive contre Abd-el-Kader, le gouverneur général fit une rapide excursion dans la province de Constantine, où il séjourna à peinequelques jours. Le duc de Nemours et le duc d'Aumale vinrent encore partager les fatigues et les dangers de l'armée. A la tin du mois de mars Médéah fut ravitaillé de manière à pouvoir fournir des vivres aux colonnes qui agiraient dans le pays. Le 27 avril un convoi parti de Blidah pénétra le 29 à Miliana. Le 3 mai la colonne francaise eut un engagement très-sérieux avec une grande quantité de Kabiles, en descendant de Miliana. Abd-el-Kader y prit part, à la tête. d'une cavalerie nombreuse et de trois bataillons réguliers. L'ennemi laissa quatre cents hommes sur le terrain. Les réguliers de t'émir furent vivement poursuivis, et plusieurs tribus qui s'étaient toujours montrées très-hostiles furent rudement châtiées. A son retour de Mihana, le général Bugeaud confia au général Baraguayd'Hilliers le commandement de la division d'Alger, qui devait agir dans la vaHée du Chétit pendant les opérations qu'on allait entreprendre dans la pro-