Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 521 à 521 sur 779

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La France coloniale : histoire, géographie, commerce / publ. sous la dir. de M. Alfred Rambaud,... ; avec la collab. de MM. le commandant L. Archinard,... le capitaine A. Bouinais,... Pierre Foncin,... [et al.]

Éditeur : A. Colin (Paris)

Date d'édition : 1888

Contributeur : Rambaud, Alfred. Directeur de publication

Sujet : France -- Colonies

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (IV-XXXVIII-714 p.) : ill. ; 22 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k28858t

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37253157p

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


Au sud de cette vaste dépression se trouve le Véal-Phok

ou plaine de boue, formé par les alluvions du Mékong;

c'est le VéaI-Phok, qui sera d'abord colmaté par les

apports du fleuve. Le Tonlé-Sap est soumis à des tempêtes

fort redoutées des pêcheurs. Pendant l'inondation, le

Grand-Lac s'étend sur une longueur d'au moins 150 kilo-

mètres et sur une largeur moyenne d'environ 25 kilo-

mètres sa profondeur, à peu près uniforme, est de 12 à

14 mètres. Lors des sécheresses, le bassin, presque vidé,

n'occupe que le sixième de la surface couverte par les

grandes eaux; il est alors une fois moins grand que le

lac de Genève.

Au Tonkin, dans la province de Caobang, se trouvent

trois lacs, réunis par des canaux à la saison sèche et qui

débordent pendant la saison des pluies pour former une

seule nappe d'eau, appelée lac JMe (trois mers).

CHmat. Salubrité. Les possessions françaises de

l'Indo-Chine, situées entre l'équateur et le tropique du

Cancer, sont soumises au climat de la zone torride. Elles

présentent, pour les Européens, les inconvénients inhé-

rents à la chaleur, à l'humidité d'un sol en formation

dans les deltas du Mékong et du Song-Koï, à des mon-

tagnes couvertes de forêts à mesure qu'on s'éloigne du

rivage vers l'intérieur. Aussi ces contrées ne sont-elles pas

et ne pourront-elles pas devenir des colonies de peuple-

ment elles seront toujours des établissements d'exploi-

tation comme l'empire britannique de l'Inde.

Dans la Basse-Cochinehine, où la température moyenne

annuelle est de 26", 98 centigrades, le thermomètre s'é-

lève à 55° pendant la saison sèche et à 20" au minimum

pendant la saison des pluies. Au Tonkin, la moyenne

annuelle thermométrique est de 24°,19 à Hanoi; le

maximum est de 51<4 en juin, le minimum de H<5 en

janvier. Le climat de ce dernier pays est moins énervant

que celui du bas Mékong, à cause des variations de la

température. Des missionnaires habitant le pays depuis

plus de vingt ans sont en excellente santé. Quand la

Basse-Oochinchine ne connaît que deux saisons, celle

des pluies et celle de la sécheresse, on distingue, dans