Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 510 à 510 sur 779

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La France coloniale : histoire, géographie, commerce / publ. sous la dir. de M. Alfred Rambaud,... ; avec la collab. de MM. le commandant L. Archinard,... le capitaine A. Bouinais,... Pierre Foncin,... [et al.]

Éditeur : A. Colin (Paris)

Date d'édition : 1888

Contributeur : Rambaud, Alfred. Directeur de publication

Sujet : France -- Colonies

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (IV-XXXVIII-714 p.) : ill. ; 22 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k28858t

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37253157p

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


Le 28 au matin, les réguliers du Kouang-Si s'avancèrent,

dessinant, grâce à leur grande supériorité numérique, un

double mouvement tournant. Le général de Négrier

résista victorieusement jusqu'à trois heures de l'après-

midi. A ce moment il fut blessé et laissa le comman-

dement au lieutenant-colonel Herbinger. Celui-ci com-

manda la retraite à cinq heures du soir.

Cette retraite trop précipitée ne fut pas inquiétée par

l'ennemi et la deuxième brigade rétrograda jusqu'à Kep

et à Chu où elle fut recueillie par le colonel Borgnis-

Desbordes, chargé du commandement en attendant l'arri-

vée du colonel Giovanninelli, promu général de brigade, et

du général en chef. Celui-ci ordonna immédiatement de

réoccuper une partie des positions abandonnées. A ce

moment, survinrent l'armistice et la paix.

La paix avec la Chine. La nouvelle de la retraite

de Langson arriva à Paris le dimanche 29 mars et fut

connue dans l'après-midi. Elle excita une douloureuse

émotion qui eut son contre-coup le lendemain à la Chambre

des députés. Le ministère, mis en minorité, succomba.

Sur ces entrefaites, M. Jules Ferry, profitant du succès

précédemment obtenu à Langson, avait renoué des négo-

ciations avec la Chine pour conclure la paix sur les bases

de la convention Fournier. Il les continua en attendant la

formation du nouveau ministère, le ministère Brisson.

Les préliminaires furent signés à Paris, le 4 avril, par

M. Billot, directeur des affaires politiques au ministère

des affaires étrangères, et M. Campbell, représentant du

gouvernement chinois. L'évacuation du Tonkin par les

forces impériales commença immédiatement.

Les négociations pour la paix eurent lieu à Tien-Tsin

entre M. Patenôtre au nom de la France etLi-Hung-Chang

et deux délégués du Tsong-Li-Yamen au nom du Céleste-

Empire. Le traité fut signé le 9 juin. La Chine, malgré

l'incident de Langson, qui aurait pu l'encourager à la

résistance, se trouvait dans la nécessité de traiter. Les évé-

nements dont la Corée avait ~té récemment le théâtre

mettaient le Tonkin au second rang des préoccupations

des conseillers de l'impératrice régente. Le blocus du