Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 469 à 469 sur 779

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : La France coloniale : histoire, géographie, commerce / publ. sous la dir. de M. Alfred Rambaud,... ; avec la collab. de MM. le commandant L. Archinard,... le capitaine A. Bouinais,... Pierre Foncin,... [et al.]

Éditeur : A. Colin (Paris)

Date d'édition : 1888

Contributeur : Rambaud, Alfred. Directeur de publication

Sujet : France -- Colonies

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (IV-XXXVIII-714 p.) : ill. ; 22 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k28858t

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37253157p

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 96


Henarez, Fernandez, Diaz el bampreùo.

Certaines difficultés ne permirent pas au gouverne-

ment français de remplir ses promesses. Pigneau de Bé-

haine ne se découragea pas. Il fréta à Pondichéry deux

navires, engagea des officiers, des ingénieurs et des mé-

decins, Chaigneau, de Forçant, Vannier, Dayot, Ollivier,

Le Brun, Barizy, de l'Isle-Sellé, Despiaux, Guillon et

Guilloux. La flotte et l'armée de Gia-Long furent orga-

nisées à l'européenne; le prince recouvra son héritage

et s'empara du Tonkin, où régnait alors une dynastie

rivale.

L'évêque d'Adran demeura le principal conseiller de

l'empereur jusqu'en 1798. Il mourut alors, et la fortune

de nos compatriotes déclina. Les successeurs de Gia-Long

ne furent pas aussi favorables aux entreprises des Euro-

péens.

Première gnerre avec l'AMMm. – Plusieurs con-

flits s'élevèrent entre la cour de Hué et les gouverne-

ments occidentaux, surtout à l'occasion du supplice de

plusieurs missionnaires'.

En 1858, les avanies de la cour annamite, qui avait

repoussé les avances pacifiques d'un plénipotentiaire

français, M. de Montigny, contraignirent les cabinets des

Tuileries et de l'Escurial à agir avec vigueur. Le vice-

amiral Rigault de Genouilly, à la tête d'une expédition

franco-espagnole, s'empara de Tourane (5i août 1858) et

de Saigon (15-17 février 1859). La guerre d'Italie et

l'expédition de Chine firent abandonner momentanément

la conquête du delta du Mékong. Le port de Tourane fut

même évacué. Seule la place de Saïgon fut admirable-

ment défendue par le capitaine de vaisseau d'Arles et le

colonel espagnol Palanca Guttierez.

Les Annamites, pour nous assiéger dans Saïgon et dans

son annexe la cité chinoise de Gholon, élevèrent, sous la

direction du maréchal Ngnyen- Tri-Phuong, des lignes de

circonvallation fortifiées, dites lignes de JH-Bbs, et blo-

1. Les Français Gagelin, Marchand, Cornay, Jaccard, Borie-

Dumoulin, Delamotte, SchœfHer et Bonnard, les Espagnols D~ado,

Henarez, Fernandez, Diaz el Sampredo.

'ln