Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 252 à 252 sur 306

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Jean-Arthur Rimbaud : le poète (1854-1873) / Paterne Berrichon

Auteur : Berrichon, Paterne (1855-1922). Auteur du texte

Éditeur : Mercure de France (Paris)

Date d'édition : 1912

Contributeur : Rimbaud, Arthur (1854-1891). Auteur de lettres

Sujet : Rimbaud, Arthur (1854-1891) -- Autobiographie

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (307 p.-[1] p. de front.) ; 19 cm

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 306

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k282062p

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb374844164

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/01/2008

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


en demandant protection. Voici d'ailleurs comment Verlaine, dans ~/es Prisons, confirme ce récit tracé d'après le dossier du procès qui va résulter des faits

En juillet i8y3, à Bruxelles, par suite d'une dispute dans la rue, consécutive à deux coups de revolver dont le premier avait blessé sans gravité l'un des interlocuteurs et sur lesquels ceux-ci, deux amis, avaient passé outre en vertu d'un pardon demandé et accordé dès la chose faite, celui qui avait eu le si regrettable geste, d'ailleurs dans l'absinthe auparavant et depuis, eut un mot tellement énergique et fouilla dans la poche droite de son veston où l'arme encore chargée et dégagée du cran d'arrêt se trouvait par malchance, ce d'une tellement significative façon, que l'autre, pris de peur, s'enfuit à toutes jambes par la vaste chaussée (de Hall, si ma mémoire est bonne) poursuivi par le furieux, à l'ébahissement des ponsPelches traînant leurflemmed'aprèsmidi sous un soleil qui faisait rage. Un sergent de ville qui flânait par là ne tarda pas à cueillir délinquant et témoin. Après un très sommaire interrogatoire au cours duquel l'agresseur se dénonça plutôt que l'autre ne l'accusait, tous deux, sur l'injonction du représentant de la force armée, se rendirent en sa compagnie à l'hôtel de ville, l'agent me tenant par le bras, car il n'est que temps de dire que c'était moi l'auteur de l'attentat et de l'essai de récidive dont l'objet se trouvait n'être autre qu'Arthur Rimbaud.