Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 237 à 237 sur 306

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Jean-Arthur Rimbaud : le poète (1854-1873) / Paterne Berrichon

Auteur : Berrichon, Paterne

Éditeur : Mercure de France (Paris)

Date d'édition : 1912

Contributeur : Rimbaud, Arthur (1854-1891). Auteur de lettres

Sujet : Rimbaud, Arthur (1854-1891) -- Biographies

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (307 p.-[1] p. de front.) ; 19 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k282062p

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb374844164

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/01/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


rir en foi catholique: conséquence apparemment immédiate d'une illumination reçue d'une image du Sacré-Cœur, mais conséquence lointaine et certaine de sa liaison avec Rimbaud. Toutefois, il n'était pas aisé d'affranchir entièrement une nature si passive devant les suggestions de la chair, et l'Église catholique ne devait pas y réussir davantage que l'auteur d'Une Saison en En fer. Du reste, il faut croire Rimbaud lorsque, dans cet étrange et si terriblement chaste ouvrage, il dit de la « vierge folle » qu'elle était « dans son âme comme dans un palais qu'on a vidé pour ne pas voir une personne si peu noble que vous » ).

Parallèlement aux initiations métaphysiques de son ami, Verlaine, qui ne parvenait à découvrir pourquoi « l'époux infernal » « voulait tant s'évader de la réalité », recevait chaque jour plus, de son milieu de bars, des excitations passionnelles. La confidence en transparaît aux Croquis londoniens. Et cela exaspérait au plus haut point Rimbaud. Les scènes entre eux se multipliaient au cours de nuits atroces. « Debout dans les rages et les ennuis », le jeune homme comprenait à présent qu'il perdait son temps en si molle compagnie. Il dut, une fois, sentant venir la congestion cérébrale, tant cette vie l'enfiévrait, entrer à l'hôpital.