Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 150 à 150 sur 306

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Jean-Arthur Rimbaud : le poète (1854-1873) / Paterne Berrichon

Auteur : Berrichon, Paterne (1855-1922). Auteur du texte

Éditeur : Mercure de France (Paris)

Date d'édition : 1912

Contributeur : Rimbaud, Arthur (1854-1891). Auteur de lettres

Sujet : Rimbaud, Arthur (1854-1891) -- Autobiographie

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (307 p.-[1] p. de front.) ; 19 cm

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 306

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k282062p

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb374844164

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/01/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


Elles assoient l'enfant auprès d'une croisée Grande ouverte où l'air bleu baigne un fouillis de fleurs Et, dans ses lourds cheveux où tombe la rosée, Promènent leurs doigts fins, terribles et charmeurs. Il écoute chanter leurs haleines craintives

Qui fleurent de longs miels végétaux et rosés Et qu'interrompt parfois unsifflement, salives Reprises sur la lèvre ou désirs de baisers.

M entend leurs cils noirs battant sous les silences Parfumés et leurs doigts électriques et doux Font crépiter parmi ses grises indolences

Sous leurs ongles royaux la mort des petits poux. Voilà que monte en lui le vin de la Paresse, Soupir d'harmonica qui pourrait délirer

L'enfant se sent, selon la lenteur des caresses, Sourdre et mourir sans cesse un désir de pleurer. Dans les premiers moments de sa vie parisienne, après qu'il eut quitté la maison de Théodore de Banville et après la présentation à Victor Hugo, Rimbaud reçut de quelques admirateurs une aide pécuniaire. Mais ce subside, très restreint et d'ailleurs précaire, il ne toléra pas qu'on le lui servît longtemps. Se complaire redevable, en même temps qu'obligé, n'était point de son éducation cela, au surplus, l'eût gêné dans