Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 117 à 117 sur 306

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Jean-Arthur Rimbaud : le poète (1854-1873) / Paterne Berrichon

Auteur : Berrichon, Paterne

Éditeur : Mercure de France (Paris)

Date d'édition : 1912

Contributeur : Rimbaud, Arthur (1854-1891). Auteur de lettres

Sujet : Rimbaud, Arthur (1854-1891) -- Biographies

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (307 p.-[1] p. de front.) ; 19 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k282062p

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb374844164

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/01/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


Où, teignant tout à coup les bleuités, délires Et rythmes lents sous les rutilements du jour, Plus fortes que l'alcool, plus vastes que vos lyres, Fermentent les rousseurs amères de l'amour Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes Et les ressacs et les courants; je sais le soir, L'aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes, Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir. J'ai vu le soleil bas taché d'horreurs mystiques Illuminant de longs figements violets,

Pareils à des acteurs de drames très antiques, Les flots roulant au loin leurs frissons de volets. J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,

Baisers montant aux yeux des mers avec lenteur, La circulation des sèves inouïes

Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs. J'ai suivi des mois pleins, pareille aux vacheries Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,

Sans songer que les pieds lumineux des Maries Pussent forcer le muffle aux Océans poussifs. J'ai heurté, savez-vous ? d'incroyables Florides, Mêlant aux fleurs des yeux de panthères aux peaux D'hommes, des arcs-en-ciel tendus comme des brides, Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux. J'ai vu fermenter les marais, énormes nasses Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan, Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces Et les lointains vers les gouffres cataractant i