search inAll Gallica

search form for All Gallica

    search in Books

    search form for Books

      search in Manuscripts

      search form for Manuscripts

        search in Maps

        search form for Maps

          search in Images

          search form for Images

            search in Periodicals

            search form for Periodicals

              search in Sound recordings

              search form for Sound recordings

                search in Scores

                search form for Scores
                  Close
                  Please type your search term
                  Close
                  Home Consultation

                  Full record

                  Fermer

                  Titre : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert ; 13-16. Correspondance. [4]. 1871-1877 / de Gustave Flaubert

                  Auteur : Flaubert, Gustave (1821-1880)

                  Éditeur : Club de l'honnête homme (Paris)

                  Date d'édition : 1974-1976

                  Contributeur : Société des études littéraires françaises (Paris). Éditeur scientifique

                  Type : monographie imprimée

                  Langue : Français

                  Format : 4 vol. : ill. ; 22 cm

                  Format : application/pdf

                  Droits : domaine public

                  Identifiant : ark:/12148/bpt6k26958m

                  Source : Bibliothèque nationale de France

                  Relation : Notice d'ensemble : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34294076b

                  Relation : Titre d'ensemble : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert

                  Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34566560q

                  Description : Collection : Club de l'honnête homme

                  Provenance : bnf.fr

                  Date de mise en ligne : 15/10/2007

                  Close
                  First page Previous page Page
                  Next page Last page (Screen 363 / 678)
                  Download / Print
                  Fermer la popin

                  Download

                  You can obtain several pages of this document as an electronic file. You may choose one of the following formats : PDF, single page JPEG or plain text.

                  Choose format :
                  PDF
                  JPEG (Only the current page)
                  txt


                  Choose to download:
                  full document
                  a portion of this document


                  By checking this box, I acknowledge having read conditions of use and accept them.

                  Close
                  Contribute

                  Report an anomaly

                  Want to report an anomaly on the following document :

                  Title : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert ; 13-16. Correspondance. [4]. 1871-1877 / de Gustave Flaubert

                  Author : Flaubert, Gustave (1821-1880)

                  Url of the page : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26958m/f363.image


                  Please describe the observed anomaly as exactly as possible,with the following proposals and/or the comment box.


                  Nature of the problem :

                  Wrong bibliographic data

                  Inconsistency between bibligraphic data and document posted

                  Blurred and truncated images

                  Incomplete Document or missing pages :

                  Incorrect or incomplete table of contents

                  Download problem

                  Unavailable Document

                  zoom

                  OCR/text

                  audio mode

                  Full Screen

                  other (please specify in comments)

                  Other (please specify in comments)


                  Comments :



                  Please leave us your email so we can respond :


                  Please copy the characters you see in the picture

                  The text doesn't conform to the displayed image

                  Close

                  Send by e-mail

                  Fermer
                  A mail has been sent A problem occured, the e-mail delivery failed. Please try again.
                  Close

                  Search module

                  Click here to toogle the search panel

                  Search results

                  Search this document

                  The text below has been produced using a process called optical character recognition (O.C.R.). Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page.

                  The recognition rate for this document is 96.38 %.




                  Correspondance 1874 345

                  Et mon vin ? je ne le vois pas venir.

                  Il y avait encore une troisième question dans ma dernière lettre. Je ne me
                  souviens plus de laquelle. Elle était adressée à ton mari 2.

                  Sent-il que l'eau de Bonnes lui fasse du bien ?

                  Je crois que Théodore de Banville viendra me voir dans huit ou dix jours.
                  Quant à Popelin et à Giraud, aimes-tu mieux que je les invite pendant que tu
                  seras ? Ce sont d'aimables gens. Mais si tu ne dois rester (au mois d'octobre)
                  que peu de jours ici, j'aime mieux être seul avec Caro. J'imagine que Weins-
                  chenk m'appellera à Paris plus tard qu'il ne l'avait dit.

                  Adieu, pauvre chère fille.

                  Vieux t'embrasse tendrement.

                  1. Sur Risler, cf. lettre 2538, note 2. Nous n'avons trouvé dans les notices
                  nécrologiques du Journal de Rouen aucun renseignement permettant une identi-
                  fication de « la mère du Pseudo ». 2. Il s'agit probablement de la note du
                  tapissier qui devait être payée à Mme Touzan. Cf. lettres 2557 et 2566.

                  2564. À GEORGE SAND. LOV

                  [Croisset], samedi, z6 septembre 1874.

                  [On ne s'aime donc plus 1 On ne s'écrit plus. On oublie Cruchard. On
                  néglige son vieux troubadour. C'est mal.

                  Que devenez-vous, chère maître, vous et tous les vôtres ? Cette santé,
                  le travail, etc. ? Au nom du ciel, ou plutôt au mien, vite une lettre et qu'elle soit
                  un peu longue. Vous serez bien gentille.]

                  Donc, après m'être embêté comme un âne au Righi, je suis revenu chez
                  moi au commencement d'août et je me suis mis à mon bouquin. Le début n'a
                  pas été commode, il a été même « espovantable » et j'ai « cuydé » en périr de
                  désespoir; mais à présent ça va, j'y suis; advienne que pourxa 1 Du reste, il
                  faut être absolument fol pour entreprendre un pareil livre. J'ai peur qu'il ne
                  soit, par sa conception même, radicalement impossible. Nous verrons. Ah! si
                  je le menais à bien. quel rêve 1

                  Vous savez sans doute qu'une fois de plus je m'expose aux orages de la
                  rampe (jolie métaphore) et « qu'affrontant la publicité du théâtre », je compa-
                  raîtrai sur les tréteaux de Cluny, probablement vers la fin de décembre. Le
                  directeur de cette boîte est enchanté du Sexe faible. Mais Carvalho aussi, l'était,
                  ce qui n'a pas empêché. Vous savez le reste.

                  Il va sans dire que tout le monde me blâme de me faire jouer dans un
                  pareil bouis bouis. Mais puisque les autres ne veulent pas de cette pièce, et que
                  je tiens à ce qu'elle soit représentée pour faire gagner à l'héritier de Bouilhet
                  quelques sous, je suis bien obligé d'en passer par là. Je garde, pour vous
                  en faire le récit, quand nous nous verrons, deux ou trois jolies anecdotes à ce
                  propos. Pourquoi le théâtre est-il une cause générale de délire ? Une fois qu'on
                  est sur ce terrain-là, les conditions ordinaires sont changées. Si on a eu le
                  malheur (léger) de ne pas réussir, vos amis se détournent de vous. On est
                  très déconsidéré. On ne vous salue plus Je vous jure ma parole d'honneur
                  que cela m'est arrivé pour Le Candidat. Je ne crois pas aux conjurations d'Hol-
                  bachiques cependant tout ce qu'on m'a fait depuis le mois de mars m'étonne.


                  Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

                  Share

                  Permalink on this document

                  Permalink on this page
                  Embeddable widget

                  Embeddable thumbnail
                  Send by e-mail

                  Blogs and social networks