search inAll Gallica

search form for All Gallica

    search in Books

    search form for Books

      search in Manuscripts

      search form for Manuscripts

        search in Maps

        search form for Maps

          search in Images

          search form for Images

            search in Periodicals

            search form for Periodicals

              search in Sound recordings

              search form for Sound recordings

                search in Scores

                search form for Scores
                  Close
                  Please type your search term
                  Close
                  Home Consultation

                  Full record

                  Fermer

                  Titre : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert ; 13-16. Correspondance. [4]. 1871-1877 / de Gustave Flaubert

                  Auteur : Flaubert, Gustave (1821-1880)

                  Éditeur : Club de l'honnête homme (Paris)

                  Date d'édition : 1974-1976

                  Contributeur : Société des études littéraires françaises (Paris). Éditeur scientifique

                  Type : monographie imprimée

                  Langue : Français

                  Format : 4 vol. : ill. ; 22 cm

                  Format : application/pdf

                  Droits : domaine public

                  Identifiant : ark:/12148/bpt6k26958m

                  Source : Bibliothèque nationale de France

                  Relation : Notice d'ensemble : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34294076b

                  Relation : Titre d'ensemble : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert

                  Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34566560q

                  Description : Collection : Club de l'honnête homme

                  Provenance : bnf.fr

                  Date de mise en ligne : 15/10/2007

                  Close
                  First page Previous page Page
                  Next page Last page (Screen 323 / 678)
                  Download / Print
                  Fermer la popin

                  Download

                  You can obtain several pages of this document as an electronic file. You may choose one of the following formats : PDF, single page JPEG or plain text.

                  Choose format :
                  PDF
                  JPEG (Only the current page)
                  txt


                  Choose to download:
                  full document
                  a portion of this document


                  By checking this box, I acknowledge having read conditions of use and accept them.

                  Close
                  Contribute

                  Report an anomaly

                  Want to report an anomaly on the following document :

                  Title : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert ; 13-16. Correspondance. [4]. 1871-1877 / de Gustave Flaubert

                  Author : Flaubert, Gustave (1821-1880)

                  Url of the page : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26958m/f323.image


                  Please describe the observed anomaly as exactly as possible,with the following proposals and/or the comment box.


                  Nature of the problem :

                  Wrong bibliographic data

                  Inconsistency between bibligraphic data and document posted

                  Blurred and truncated images

                  Incomplete Document or missing pages :

                  Incorrect or incomplete table of contents

                  Download problem

                  Unavailable Document

                  zoom

                  OCR/text

                  audio mode

                  Full Screen

                  other (please specify in comments)

                  Other (please specify in comments)


                  Comments :



                  Please leave us your email so we can respond :


                  Please copy the characters you see in the picture

                  The text doesn't conform to the displayed image

                  Close

                  Send by e-mail

                  Fermer
                  A mail has been sent A problem occured, the e-mail delivery failed. Please try again.
                  Close

                  Search module

                  Click here to toogle the search panel

                  Search results

                  Search this document

                  The text below has been produced using a process called optical character recognition (O.C.R.). Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page.

                  The recognition rate for this document is 96.38 %.




                  Correspondance 1874 307

                  Pour le quart d'heure, je suis en train de lire le livre d'Haeckel sur la
                  création naturelle, lequel m'amuse beaucoup 2.

                  Adieu, mon cher vieux. Je vous embrasse. Votre

                  1. Mémoire pour aider Flaubert à imaginex les sottises de Bouvard et Pécuchet
                  dans leur exploitation agricole. 2. Histoire de la création des êtres organisés
                  d'après les lois naturelle, par Ernest Haeckel. Paris, C. Reinwald, 1874, in-80,
                  XXXII, 680 p. (Note du Supplément de l'éd. Conard.)

                  2509. À LA PRINCESSE MATHILDE.

                  Croisset, près Rouen, lundi [8 juin 1874].

                  Comment allez-vous, Princesse ? Je voudrais bien avoir de vos nouvelles.
                  Je vous crois maintenant à Saint-Gratien, dans cet endroit qui vous va si
                  bien et qui vous ressemble.

                  Quant à votre ami, il se dispose à s'en aller dans une quinzaine vers un
                  haut sommet de la Suisse, afin de se reposer et de se calmer les nerfs. Voilà
                  si ongtemps que je travaille sans discontinuer, que j'ai besoin d'un peu de repos.
                  J'ai repris ma solitude et je continue à faire des lectures pour le livre
                  que je commencerai cet automne. Il aura cela de bon qu'il me demandera
                  plusieurs années. Le reste est secondaire. Le principal dans ce monde (puisque
                  le bonheur y est impossible), c'est de passer le temps agréablement.
                  Que dites-vous de la politique ? Il me semble qu'on est au calme plat
                  et que, d'ici à longtemps, rien d'effectif n'aura lieu. Mais je me trompe peut-être.
                  Qu'il est difficile de porter un jugement sur l'opinion publique 1 Ainsi les
                  bons Rouennais (qui ne sont pas bons du tout) sont presque tous pour le
                  centre gauche, fort peu dévots, et nullement cléricaux, ce qui n'empêche
                  pas qu'hier les processions de la Fête-Dieu ont été splendides, les rues regor-
                  geaient de monde et deux généraux (par ordre supérieur, il est vrai) accompa-
                  gnaient l'archevêque. Tirez donc une conclusion 1

                  Je suis, pour mon compte, effrayé par la bêtise universelle! Cela me
                  fait l'effet du Déluge et j'éprouve la terreur que devaient subir les contemporains
                  de Noé, quand ils voyaient l'inondation envahir successivement tous les
                  sommets. Les gens d'esprit devraient construire quelque chose d'analogue
                  à l'Arche, s'y enfermer et vivre ensemble.

                  Je vous respecte, je vous admire, je vous assure, parce que vous êtes,
                  vous Princesse, du petit nombre des élus, du groupe rarissime des aristocrates
                  naturels. Vous avez, pour qui sait voir, le signe sur le front, et je vous baise
                  les mains, car je suis entièrement vôtre.

                  2.5 IO. À SA NIÈCE CAROLINE. LOV

                  [Croisset], vendredi, 6 heures soir, 12juin [1874].

                  Pauvre Loulou,

                  Moi aussi je n'étais pas gai avant-hier au soir, quand vous êtes partis
                  Je ne crois pas que je sois plus tendre qu'autrefois, mais je suis plus bedolle.
                  Je deviens vieux, et la solitude, par moments, me pèse davantage; et puis
                  ta société est si charmante, ma chère fille, qu'on la regrette et qu'on la désire.


                  Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

                  Share

                  Permalink on this document

                  Permalink on this page
                  Embeddable widget

                  Embeddable thumbnail
                  Send by e-mail

                  Blogs and social networks