Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 118 à 118 sur 310

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les quatre soeurs / par Frédéric Soulié

Auteur : Soulié, Frédéric (1800-1847)

Éditeur : Michel-Lévy frères (Paris)

Date d'édition : 1858

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 307 p. ; in-18

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection Michel-Lévy

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k213604t

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31388513b

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 96


Que voulez-vous dire ?

Ecoutez M. Victor Benoît vous plait, et votre intention est sans doute d'attendre votre majorité pour lui donner à la fois votre fortune et votre main?

J'avoue que je n'avais jamais pensé à cela, que mon amour pour Victor était resté dans ce vague des émotions du cœur qui ne va pas jusqu'aux exigences de la vie réelle. J'aimais Victor, j'en étais aimée, j'étais heureuse de cette occupation de mon âme; mais je n'avais jamais dit II sera mon mari, et pour y parvenir voilà ce que ferai. Sans doute M. Malabry me devina, car il laissa échapper un sourire moqueur. Mais je ne voulus pas passer à ses yeux pour une personne sans réilcxion, et je lui dis

Et quand cela serait vrai, monsieur, je ne pensais pas faire une faute que de nourrir cette espérance dans mon cœur.

Ce serait fort juste, me dit M. Malabry d'un ton patelin; mais vous avez longtemps à attendre.

Je le sais.

-Cette attente, je pourrais la réduire considérablement, en donnant mon consentement à ce mariage.

Victor, m'écriai-je avec 'vivacité, ne mettra point ma dot dans les spéculations de M. Burac.

Mou beau-père parut d'abord prêt à se fâcher, mais il finit par me rire au nez en me disant

Vous avez une idée fixe, Géorgina! Si je vous marie avec M. Benoît, je lui remettrai votre dot pour en faire tel usage qu'il voudra.

Mais alors quelle condition mettrez-vous à ce consentement ? lui dis-je.

-.Aucune, me répondit-il froidement.

Aucune? répétai-je après lui en le considérant avec étonnement.

Je vous comprends, reprit-il, vous vous êtes imaginé que je ne pourrais que vous le vendre.

Je ne lui répondis pas, et il se mit à parcourir la chambre avec rapidité, me lançant quelquefois des regards interrogateurs, prêt à parler en se retournant tout à coup enfin il s'écria

Eh bien! ce consentement, je vous le donne pour rien,