Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 70 à 70 sur 415

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Oeuvres complètes de Massillon, évêque de Clermont. 1

Auteur : Massillon, Jean-Baptiste (1663-1742)

Éditeur : Raymond (Paris)

Date d'édition : 1821

Contributeur : Alembert, D' (1717-1783). Préfacier

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 13 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k205120r

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb309031796

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 91 %.
En savoir plus sur l'OCR


sur lui l'avantage de leur position'. Mais au siècle où Massilton s'ouvrit, par le charme de son éloquence', une brillante carrière, la naissance et la fortune étoient encore entourées de prestiges et d'hommages. Lavanité des hautes classes n'eût pas été flattée d'une illustration littéraire elles laissoient le champ des sciences et des lettres aux classes inférieures, et ne se réservoient que l'honneur de la' protection. Aussi les-plus grands génies de ce siècle mémorable furent tous, à~ quelques exceptions près, des Rommes sans naissance. Tels étaient Bossuef,Mascaron, Fléchier. Massilibnnc dbitdonc pas être particulièrement louée, pour s'être élevé à côté de ces grands hommes, èn sortant des mêmes rangs de la société. C'est d'ailleurs l'éducation qui nous forme; et celle de~ Massillon- fut telle qu'on pouvoit la désirer.

Issu d'une famille honnête d'H'yères en' Provence, MassiMon nt ses études au coHége' de l'OratoiTe de cette ville. La sagacité' d'e son esprit som amour pour le travail, n& tardèrent pas à le' faire remarquer d'e' ses i'nst~uteurs; et un instinct naturel, qui, s''il n'est pas fa même

chose que le goût, en est au moins le précurseur, laissa entrevoir de bonne heure ce qu'H'pouTroi~ ê&e un jour pour la gloire de l'Église et-dés l'ettTies~. Fort jeune encore, M'assiltonsepraisbit déjà àen' tendre l'a parole sainte avec quelques-uns de ses

c.