Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 314 à 314 sur 415

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Oeuvres complètes de Massillon, évêque de Clermont. 1

Auteur : Massillon, Jean-Baptiste (1663-1742)

Éditeur : Raymond (Paris)

Date d'édition : 1821

Contributeur : Alembert, D' (1717-1783). Préfacier

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 13 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k205120r

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb309031796

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 91 %.
En savoir plus sur l'OCR


accompagne toujours vos péchés,.vous que le rang et la naissance élèvent sur le commun des ûdéles le scàndale. Les âmes vulgaires et obscures ne vivent que pourries seules confondues dans la foule et cachées, aux yeux des hommes par la bassesse de leur destinée, Dieu seul est le témoin secret de leurs voies et le spectateur invisible de leurs chutes; si elles tombent, ou si elles. demeurentfermes, c'est pour le Seigneur tout seul qui les voit et qui les juge le monde, qui ignore même leurs noms, ri'est pas plus instruit de leurs exemples leur vie n'a point de suite: ils peuvent faire des chutes ,.mais ils tombent tout seuls et, s'ils ne se sauvent pas leur perte du moins se borne à eux et ne devient pas celle de leurs frères. Mais les personnes nées dans l'élévation, deviennent comme un spectacle public sm'iequel tous les regards sont attachés: ce sont ces maisons bâties sur la montagne, qui ne sauroient se cacher, et que leur situation.toute seule découvre; ces flambeauxluisants qui trament partout avec eux l'éclat qui les trahit et qui les montre, C'est le malheur de !a 'grandeur et des dignités vous ne vivez plus pour vous seul; à votre perte ou à votre salut est attachée la perte ou le salut de tous ceux qui vous environnent; vos mœurs forment les moeurs publiques vos exemples senties règles dé la multitude vos actions ont le même éclat que vos titres: PETIT CARÊMt:- t