Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 215 à 215 sur 502

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Dictionnaire étymologique de la langue françoise, où les mots sont classés par familles : contenant les mots du dictionnaire de l'Académie françoise.... précédé d'une Dissertation sur l'étymologie. T. 1 / par B. de Roquefort,... ; par J.-J. Champollion-Figeac,...

Auteur : Roquefort-Flaméricourt, Jean-Baptiste-Bonaventure de (1777-1834)

Éditeur : Decourchant (Paris)

Date d'édition : 1829

Sujet : Français (langue) -- Étymologie -- Dictionnaires

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Description : Comprend : Dissertation sur l'étymologie

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Pam1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k2049479

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31243397f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 87


tre; borner par des limites. Incluclere. ENCLAVE, terre enclavée dans'une autre.

ENCLAVEMENT, action d'enclaver. ESCLAVE, qui a perdu sa liberté; qui est sous la clef.

ESCLAVAGE, état d'esclave; servitude. CLOSSEMENT gloussement,, onomatopée du cri ordinaire de la poule qui veut couver; de la poule qui appelle ses petits ou qui les défend. CLOSSER glousser, crier comme les poules. Les latins ont dit glocire. CLOU, morceau de fèr à tête et à pointe pour assembler, fixer, attacher et suspendre. Du lat. clavus, en ital. chiavo, chiavello, que l'on dér. du gr. kleiu,: fermer, ou dekléis, clef. Voyez CLORE.

CLOUER, fixer, attacher avec des clous; serrer contre en poussant avec force. CLOUTER garnir de clous.

CLOUTERIE, fabrique, commerce de clous.

CLOUTiER, fabricant, marchand de clous.

DÉCLOUER, détacher en arrachant les clous.

Enclouer piquer un cheval au vif en le ferrant; enfoncer un clou dans la lumière d'un canon.

ENCLOUURE, action d'enclouer; obstaclé, difficulté, embarras.

DÉSENCLOUER, tirer un clou du pied d'un cheval, ou de la lumière d'un canon.

RECLOUER, clouer une seconde fois. CLAVEAU, clavele'e maladie des brebis et des moutons, qui ressemble à des clous.

CLAVELÉ, animal attaqué du claveau. Clavélisatios inoculation du claveau.

CLAVETTE, sorte de clou plat passé dans le trou d'une fiche.

Cheville, morceau long et pointu de fer ou de bois, pour boucher un trou pour arrêter des tenons, pour tendre les cordes d'un instrument de musique; mot inutile dans un vers agent principal, mobile d'une affaire. Clavictila. Chevillé, ramures du bois de cerf dans le blason; cheval à jambes serrées; vers plein de chevilles. at

Cheviller mettre des chevilles; attacher, assembler avec des chevilles.

CHEVILLETTE, petite cheville.

Chevillon petit bâton tourné au dos d'une chaise.

CLUB, assemblée politique philanthropique. De l'angl. club.

CLUBISTE, membre d'un club.

CLUSE cri factice du fauconnier pour encourager l'oiseau, et qui a été adopté par les chasseurs au fusil, pour encourager les chiens.

CLUSER, exciter les chiens à faire lever et sortir le gibier des buissons et des taillis. CLYST'ËBE, lavement, médicament, liquide introduit par l'anus. Du lat. clys- lerium, fait du gr. klustér, dér. de kluzû, laver, nettoyer. Cltstériser donner un clystère. COALISER, faire, former une ligue, un parti; soulever contre; se réunir. Du lat. cuni; avec, alescere, prendre force.

Coalition action de se coaliser réunion de partis, de puissances. COASSER, onomatopée du cri de la grenouille qui fait en tendre le son koax. COASSEMENT, action de coasser; cri de la grenouille.

COBALT, cobblt, substance minérale, dure, pesante, friable, qui fournit l'arsenic. Du lat. cobaltus fait de l'ail. cobalt.

COCAGNE, mot qui a considérablement exercé la patience des étymologistes pour en chercher l'origine. Il doit sa naissance au titre d'un fabliau du xni» siècle. L'auteur étant allé à Rome pour l'absolution de ses péchés, fut envoyé en pénitence dans une terre étrangère, qui avoit été bénite de Dieu particulièrement, et qu'on nommoit pays de Cocagne. On trouvoit partout des tables dressées où chacun étoit'libre de s'asseoir; des boutiques ouvertes où l'on pouvoit prendre sans payer, et enfin la fameuse fontaine de Jouvence qui rendoit la jeunesse, etc. Voyez Legrand, Fabliaux in-8, t. i, p. 228. Dans l'introduction du xx" livre, t. 11, p. 220 de l'Hist. maccaronique de Merlin Coccaie (Théoph. Folengo), il est fait mention des royaumes de Crespes et Beignets, où on a accoustumé de mener une vie heureuse. L'auteur fait voyager un ambassadeur qui arrive au pied de certaines montagnes « où les habitants lient les