Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 443 à 443 sur 630

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : L'extériorisation de la motricité : recueil d'expériences et d'observations (4e éd. mise à jour) / Albert de Rochas

Auteur : Rochas d'Aiglun, Albert de (1837-1914)

Éditeur : Bibliothèque Chacornac (Paris)

Date d'édition : 1906

Sujet : Médiumnité

Sujet : Spiritisme

Sujet : Hommes -- Propriétés électriques

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : XI-601 p. : ill. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k204162m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb312299091

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 95 %.
En savoir plus sur l'OCR


manifestations 'médianimiques porte invinciblement notre pensée a.: les. assimiler aux créations subjectives du.monde des songes. Entre.les images qui se présentent à nous dans le sommeil et celles qui se forment dans les. séances, médianimiques,l'analogie est, sans contredit, vraie et.profonde. Les'images des, songes et,les.apparitions médianimiques sont, sans douter des incidents égalemënt.vifs et également éphémères. Mais qui peut dire que..la singulière puissance représentative des premières n'est, pas inhérente à l'état de désagrégation dans lequel, se .trouve l'esprit durant le sommeil~ Afin de faire une critique plus sure, comparons les impressions que nous laissent les rêves et celles que nouslaissent les séances médianimiques.

Dans le premier :cas, nous avouons à nous-mêmes, quand nous nous les rappelons au réveil, l'incrédibilité des choses vues et l'absurdité des conditions'; nous comprenons que, pour croire à la réalité de ces choses, il fallait que nous fussions dans un état où notre faculté de raisonnement était annulée.

Dans le second. cas, les mêmes objections sont soulevées a ~)6~<e)'or!: non par nous qui avons-vu, mais par ceux à qui il répugne de croire que nous avons vu juste. 1 Nous ne .nous offensons pas si l'on nous démontre que notre.rêve était absurde (nous. en sommes nous-mêmes convaincus) mais nous ne pouvons, à bon droit, tolérer qu'on, vienne nous contredire sur des faits. que nous '.avons observés en.état~ de veille parfaite et de conscience présente.

Mais ici ne s'arrêtent pas les différences .entre les songes et les impressions médianimiques,