Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 363 à 363 sur 630

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : L'extériorisation de la motricité : recueil d'expériences et d'observations (4e éd. mise à jour) / Albert de Rochas

Auteur : Rochas d'Aiglun, Albert de (1837-1914)

Éditeur : Bibliothèque Chacornac (Paris)

Date d'édition : 1906

Sujet : Médiumnité

Sujet : Spiritisme

Sujet : Hommes -- Propriétés électriques

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : XI-601 p. : ill. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k204162m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb312299091

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 95 %.
En savoir plus sur l'OCR


pour que nous puissions le constater ensemble. Mangin était touché à la tête ou sur l'épaule, moi dans le dos du côté du médium, avec la sensation de la pressiou lente d'une main ouverte.

Cette ~M«c:MM'<e semble devoir écarter toute idée de fraude. Il serait nécessaire, en effet, pour supposer la fraude, que nous eussions, Mangin et moi, perdu tous les deux et pendant un temps relativement long, le contrôle de l'une et de l'autre main, ce qui n'est guère admissible. On peut prétendre qu'Eusapia s'est servie de ses pieds, les genoux n'étant pas contrôlés. Alors il faut qu'elle soit extraordinairement désarticulée pour que Mangin et moi, placés comme nous l'étions, presque serrés contre elle, nous n'ayons perçu aucune des contorsions'qu'elle eût dû s'imposer.

Le rideau me couvre de nouveau la tête, et la pesée d'une main sur ma nuque m'oblige doucement à m'incliner vers la table. Je me dégage du rideau (la lampe s'est éteinte), je sens sur l'occiput de légères tapes caressantes, et on me tire gentiment, on me caresse l'oreille gauche. Le contrôle est bon.

La lampe est rallumée, on estjen demi-lumière. Eusapia tourne quelques instants la tête dans la direction du rideau derrière lequelfse trouve un lourd fauteuil de cuir, et le lourd fauteuil vient, écartant le rideau, s'appuyer contre moi.

Eusapia me prend la main gauche, l'élève au-dessus de la table de toute la longueur, de son bras droit et fait le simulacre de frapper trois fois trois coups retentissent sur la table.

Une sonnette est mise devant Eusapia. Celle-ci étend ses deux mains à droite et à gauche de la sonnette, à