Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 134 à 134 sur 630

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : L'extériorisation de la motricité : recueil d'expériences et d'observations (4e éd. mise à jour) / Albert de Rochas

Auteur : Rochas d'Aiglun, Albert de (1837-1914)

Éditeur : Bibliothèque Chacornac (Paris)

Date d'édition : 1906

Sujet : Médiumnité

Sujet : Spiritisme

Sujet : Hommes -- Propriétés électriques

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : XI-601 p. : ill. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k204162m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb312299091

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 95 %.
En savoir plus sur l'OCR


long, Eusapia lui dit « Prenez la bougie et regardez. » Nous nous approchâmes avec la bougie, et nous aperçûmes un trait fait avec un crayon sur la porte, peinte en blanc: c'était un dessin ressemblant à la lettre C.

Cette ligne se dirigeait d'abord en haut, et décrivait une courbe abrupte, pour descendre, à l'endroit de la courbe inférieure de la lettre C là se détachait une autre ligne dans la direction gauche, faite comme par un doigt noirci avec une mine de plomb. Il est évident que ces deux lignes avaient été tracées, ou en deux fois, ou bien, simultanément, par deux mains.

Je demandai au professeur K. ce qu'il en pensait: « La porte, dit-il, n'a pas été examinée au préalable. Il se peut que le dessin s'y trouvât déjà. »

J'émis un doute, quant à la possibilité pour Eusapia d'avoir pû trouver cette marque dans la demi-obscurité et de s'en être servie pour simuler un phénomène médiumnique.

De l'avis du professeur K. ce phénomène s'explique très simplement Sur la porte, il y avait une marque qu'Eusapia avait vue elle avait passé le doigt du professeur K. sur ce trait, et ce doigt, noirci par la mine, aurait tracé la ligne supplémentaire.

Cette supposition pourrait être appuyée par ce fait que la ligne tracée au doigt efface plus bas la prolongation de la ligne au crayon, qui se termine par un trait descendant. Néanmoins, il est difficile d'admettre que le doigt du professeur K. conduit par la main d'Eusapia, ait suivi une ligne tracée d'avance pour la quitter à l'endroit indiqué.

Lorsque nous eûmes communiqué cette opinion à Eu-