Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 83 à 83 sur 433

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Souvenirs d'un vieux zouave. 2 / par M. Blanc

Auteur : Blanc, Alphonse-Michel (1812-19..?). Auteur du texte

Éditeur : G. Téqui (Paris)

Date d'édition : 1880

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 2 vol. (438, 430 p.) ; in-18

Format : application/pdf

Format : application/epub+zip

Description : Collection : Collection Saint-Michel

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k166077b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK8-1167 (2)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301099246

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


que possible d'avoir affaire avec nos colonnes; il épie les lacunes que nous sommes souvent forcés de laisser sur notre longue ligne d'opérations, pour se jeter sur quelque tribu et lui enlever ses troupeaux et ses femmes; il attaque et ruine toutes les fractions de ses anciens sujets; mais il ne fait aucune tentative directe contre nos troupes. Malgré cela, cette fois et d'autres encore, il justifiera ce que nous avons déjà dit de lui, que jamais il n'est plus entreprenant que lorsqu'on le croit perdu.

S'étant arrêté dans la t'orèt des Assenas, il y cache son bataillon d'infanterie sous les ordres de Ben-Allal, et, avec 300 hommes, il se jette au sud de Tlemcen, pour attirer à lui les tribus de cette région.

Cependant la position de ce bataillon sous les ordres de Ben-Allal finit par être connue, et l'on sut que ce kalifa devait aller retrouver l'Emir au Maroc. Le colonel Gery se mit à sa poursuite, et faillit le surprendre plusieurs fois. Il était réservé au colonel Tempoure de détruire les restes de cette infanterie à laquelle Abd-el-Kader attachait tant d'importance, et de montrer la tête du meilleur lieutenant de l'Emir à ces mêmes tribus aux quelles Abd-el-