Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 258 à 258 sur 433

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Souvenirs d'un vieux zouave. 2 / par M. Blanc

Auteur : Blanc, Alphonse-Michel (1812-19..?). Auteur du texte

Éditeur : G. Téqui (Paris)

Date d'édition : 1880

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 2 vol. (438, 430 p.) ; in-18

Format : application/pdf

Format : application/epub+zip

Description : Collection : Collection Saint-Michel

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k166077b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK8-1167 (2)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301099246

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


lêê, paisiblement, et les serviteurs du Caïd, qui avaient fait bonne garde pour éloigner les maraudeurs, crurent pouvoir se livrer au sommeil.

Un coup de fusil retentit bientôt dans la tente de leur chef les uns cherchent les armés qu'ils y ont déposées, les autres prennent la fuite, sous l'impression du danger qui les menace.

Lalsal, quoique blessé, sort de sa tente pour faire face aux assaillants il décharge son fusil et cherche à se défendre avec la crosse de son arme; mais il tombe aussitôt aux pieds des meurtriers, frappé à la fois de plusieurs coups mortels, et son cadavre est immédiatément mutilé de la plus affreuse manière. A peine ce crime était-il commis, que les assassins enlevaient l'argent des contributions déjà prélevées (environ 4,000 francs), les armes, les chevaux et les mulets du Caïd, ne laissant sur le théâtre de ce drame que lé cadavre de Sidi-Laltal et sa tente.

Le 24 août, le général Bedeau quitta Constantine à la tête d'une colonne chargée de venger ce chef fidèle, mort victime de son dévouement aux Français, Les principaux dé la tribu des Beni-Kétil furent arrêtés, et une