Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 225 à 225 sur 433

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Souvenirs d'un vieux zouave. 2 / par M. Blanc

Auteur : Blanc, Alphonse-Michel (1812-19..?). Auteur du texte

Éditeur : G. Téqui (Paris)

Date d'édition : 1880

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 2 vol. (438, 430 p.) ; in-18

Format : application/pdf

Format : application/epub+zip

Description : Collection : Collection Saint-Michel

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k166077b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK8-1167 (2)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301099246

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


la baïonnette, il fit sonner les trompettes et battre les tambours, de manière à bien avertir les Arabes de son arrivée. Malgré cetteinconcevable imprudence, nos troupes étaient tellement près du camp, que le désordre y fut extrême et que tout le monde s'y mit en fuite, sans songer à se défendre ni à sauver les effets les plus précieux. Abd-el-Kader, qui s'y trouvait, n'eut que le temps de sauter sur un cheval sans selle et de s'enfuir à demi nu, laissant tous ses bagages entre nos mains. Forcé de renoncer à ses projets sur la Mitidja, Abd-el-Kader se tourna vers la province de Titery, et, le 7 mars, il rasa les tribus entre Boghar et Bérouakia.

Cône fut qu'un coup de main sans grand résultat pour notre ennemi, car le colonel Camou, qui se trouvait non loin de là, accourut aussitôt à la tète d'une de nos nombreuses colonnes. Laissant son convoi en arrière, le colonel doubla de vitesse avec 2 bataillons d'infanterie sans sac, 2 obusiers de montagne, et sa cavalerie, comptant 150 sabres, sous les ordres du colonel de Noue. Une heure et demie plus tard, on était en présence de l'Emir, qui sembla, un moment, venir luiYnème au-devant de l'attaque. Quatre drapeaux