Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 212 à 212 sur 433

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Souvenirs d'un vieux zouave. 2 / par M. Blanc

Auteur : Blanc, Alphonse-Michel (1812-19..?). Auteur du texte

Éditeur : G. Téqui (Paris)

Date d'édition : 1880

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 2 vol. (438, 430 p.) ; in-18

Format : application/pdf

Format : application/epub+zip

Description : Collection : Collection Saint-Michel

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k166077b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK8-1167 (2)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301099246

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


les plus élevés, au pied de ce piton qu'on nomme la Table des Traras à cause de sa forme. Dans notre marche en avant, nous avions constamment refoulé les populations de ces montagnes, de sorte qu'elles se trouvaient acculées à la mer. Elles étaientàà notre merci, rien ne pouvait les sauver. L'Emir les avait lâchement abandonnées, ainsi qu'il le faisait de toutes les tribus qu'il armait contre nous, et ni leurs plaintes ni leurs malédictions n'avaient pu le décidera les défendre et à partager leur sort.

Le soir, au bivouac, on calculait les chances de la journée du lendemain, et bien des c?urs ulcérés, bien des esprits irrités savouraient d'avance une extermination complète des Kabyles, comme une vengeance de tant d'atrocités commises en si peu de temps. Les Traras eux-mêmes ne comptaient pas sur le pardon des Français, et cependant ils envoyèrent leur djemma implorer la pitié de leurs vainqueurs. Le général leur imposa des conditions sévères; mais il finit par leur accorder l'Aman, et le lendemain nous res descendîmes à Aïn-Kébira.

Laconduite du général Lamoriciére fut