Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 158 à 158 sur 433

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Souvenirs d'un vieux zouave. 2 / par M. Blanc

Auteur : Blanc, Alphonse-Michel (1812-19..?). Auteur du texte

Éditeur : G. Téqui (Paris)

Date d'édition : 1880

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 2 vol. (438, 430 p.) ; in-18

Format : application/pdf

Format : application/epub+zip

Description : Collection : Collection Saint-Michel

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k166077b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK8-1167 (2)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301099246

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


sortir des grottes. En même temps le feu allait grandissant bientôt il pénétra dans les flancs de la montagne, et prit aux bagages. L'incendie se propagea dans l'intérieur avec une effrayante rapidité; des cris, des hurlements, mêlés de détonations, se firent entendre, et lorsque, le feu étant éteint, l'on put pénétrer dans les grottes, on y trouva 500 cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants. Le colonel organisa de prompts secours pour ceux qui survivaient encore, au nombre de 150 à 200, et la plus grande partie de ces malheureux furent rendus à la vie.

Tel est dans toute sa vérité et sa simplicité ce fait des grottes du Dahara qui a défrayé pendant si longtemps la haine d'un certain parti, la rhétorique des journalistes et la sensiblerie de quelques bons bourgeois. Il y eut un déchaînement général contre le colonel, les épithètes les plus dures lui furent prodiguées par la presse parisienne. Qu'on ne s'y trompe pas cependant, c'était moins M. Pélissier que celle-ci avait en vue que le maréchal Bugeaud, rendu responsable des actes de son chef d'état-major, et acceptant cette responsabilité avec la loyauté qui le caractérisait. L'opposition parlementaire trou-