Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 408 à 408 sur 424

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Paris au temps de saint Louis : d'après les documents contemporains et les travaux les plus récents... / Louis Boutié

Auteur : Boutié, Louis. Auteur du texte

Éditeur : Perrin (Paris)

Date d'édition : 1911

Sujet : Paris (France) -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (V-408 p.) : pl. ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 424

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k1651281

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-37366

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34217112f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 99 %.
En savoir plus sur l'OCR


L'hospitalité de nuit existait déjà. Les religieuses de Sainte-Catherine (paroisse de SaintJacques de la Boucherie) « étaient tenues de recevoir toutes pauvres femmes ou filles par chacune nuict, et les héberger pour trois jours consécutifs ».

M. Léon Legrand nous fait connaître en détail l'administration de l'Hôtel-Dieu de Paris et des autres Maisons-Dieu1

Les hôpitaux du moyen âge étaient administrés par des Congrégations de Frères et de S?urs, qui formaient autant de petits ordres religieux distincts, obéissant chacun à des statuts particuliers. Le nombre de ces Frères et S?urs varie d'après l'importance des établissements. A l'Hôtel-Dieu de Paris on comptait huit Frères clercs, dont quatre prêtres, trente Frères lais et vingt-huit S?urs. On leur adjoignait des serviteurs laïques en cas de nécessité.

Aux personnes qui voulaient se dévouer au service des malades on imposait un certain temps de probation (ordinairement un an) pour s'assurer si elles étaient capables de supporter l'austérité de la règle et de bien remplir les obligations de leur état. Le noviciat terminé, elles revêtaient 1 Revue des Questions es, juillet 1896, janvier 1898.