Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 340 à 340 sur 424

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Paris au temps de saint Louis : d'après les documents contemporains et les travaux les plus récents... / Louis Boutié

Auteur : Boutié, Louis. Auteur du texte

Éditeur : Perrin (Paris)

Date d'édition : 1911

Sujet : Paris (France) -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (V-408 p.) : pl. ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 424

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k1651281

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-37366

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34217112f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 99


et pour le peuple l'agneau, le chat, le blaireau, etc.

Au xme siècle, les hommes nobles portaient une robe longue, descendant au-dessous du genou, à manches étroites, fendue des deux côtés pour permettre de monter à cheval, serrée autour de la taille par une ceinture. Par-dessus, ils plaçaient le surcot, autre tunique de drap léger de laine ou de soie, avec manches ou sans hanches. Un manteau à larges plis, doublé de fourrures, complétait le vêtement de dessus. Comme vêtement de dessous, il y avait la chainse (chemise) de toile de lin ou de chanvre, ou même de soie, et la braie, semblable à nos pantalons à pied, mais à jambes justes, et maintenues à la taille par un cordon.

A la place des braies, les femmes portaient des caleçons descendant aux genoux et des chausses (d'où viennent nos bas).

Leur vêtement était le même que celui des hommes (cotte, surcot, manteau). Mais leur tunique descendait jusqu'aux pieds.

Comme complément du costume, pour les deux sexes, il y avait l'aumônière, souvent riche. lnent brodée, qui servait en voyage à porter l'argent, les bijoux, des remèdes, etc.

Pour chaussure, on avait des souliers faits de cuirs colorés ou d'étoffes tissées d'or, attachés