Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 231 à 231 sur 424

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Paris au temps de saint Louis : d'après les documents contemporains et les travaux les plus récents... / Louis Boutié

Auteur : Boutié, Louis. Auteur du texte

Éditeur : Perrin (Paris)

Date d'édition : 1911

Sujet : Paris (France) -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (V-408 p.) : pl. ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 424

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k1651281

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-37366

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34217112f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 99 %.
En savoir plus sur l'OCR


teur par des questions et des objections, comme dans les homélies de l'Église primitive. Cette liberté d'interruption, qui n'avait pas, dans ces temps de foi vive, les inconvénients qu'elle aurait de nos jours, allait même jusqu'à faire entendre des protestations. Une dame, entendant le prédicateur dire que la femme de Pilate, par ses instances en faveur de Jésus-Christ, avait voulu mettre ohstacle au salut du genre humain, se leva brusquement et lui cria zzz plezzo sermonze de cesser de calomnier son sexe. (Lecoy de la Marche, Chaire française au moyen âge, p. 204.) Grande est la liberté de part et d'autre. Le prédicateur, de son côté, tonne sans ménagement contre les abus et les vices de toutes les classes, et donne à ces âmes droites et simples une forte éducation religieuse. Ce n'est pas la curiosité, le désir d'entendre un beau parleur caressant l'oreille et l'irnagination, mais l'esprit de foi, le besoin de nourrir l'âme de la parole de Dieu qui amène ses auditeurs au pied de sa chaire. Pour eux il n'a pas besoin de mitiger l'Évangile et de dissimuler sa robuste simplicité sous les vains ornements de la rhétorique. Il flagelle sans pitié les seigneurs pillards, luxurieux, fléaux du peuple, les gens de chicane, « corbeaux d'enfer, qui se font graisser la patte », les prévôts, les collecteurs de gabelles, « harpies et