Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 186 à 186 sur 424

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Paris au temps de saint Louis : d'après les documents contemporains et les travaux les plus récents... / Louis Boutié

Auteur : Boutié, Louis. Auteur du texte

Éditeur : Perrin (Paris)

Date d'édition : 1911

Sujet : Paris (France) -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (V-408 p.) : pl. ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 424

Format : application/epub+zip

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : VilledePa1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k1651281

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-37366

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34217112f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/01/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 99 %.
En savoir plus sur l'OCR


un voisinage si rapproché, et à tel nombre, que, en parcourant toutes les rues, on ne peut trouver deux maisons contiguës qui n'en soient plus ou moins peuplées. On trouve des imagiers très habiles, soit en sculpture, soit en peinture, soit en relief. Là vous verrez d'ingénieux constructeurs d'instruments de guerre, et même de tous les objets nécessaires aux cavaliers selles, freins, épées et boucliers, lances et javelots, cuirasses, bonnets de fer et casques. En outre, d'excellents ciseleurs de vases de métal d'or, d'argent, de cuivre, se trouvent sur le Grand Pont et en beaucoup d'autres endroits, et font naissent. « L'architecture, dit L. Vilet1, est un art qui reproduit trop fidèlement l'état des mœurs et de la société, pour que de notre époque elfacée et sans relief il puisse sortir une empreinte nettement caractérisée. Ce privilège n'appartient qu'aux siècles où tout un peuple semble soumis à une même croyance, animé d'une même pensée, agité par une même passion. C'est alors qu'on voit s'opérer les grandes révolutions dans l'art de bâtir. Mais le doute, le scepticisme, l'indifférence ne peuvent rien eugendrer. »

« Ce vieux et riche sang gaulois, dit Viollet-le-Duc, qui avait pu vers le xiii" siècle. couvrir le sol d'édifices de toute nature, originaux, logiques, francs, sans alliage, véritable enveloppe d'une nation pleine de qualités brillantes, ce sang limpide et pur s'est coagulé de nouveau. une imitation pâle d'un art mort s'est substituée à l'originalité native de notre pays.Nos monuments paraissent des corps dépourvue d'âmes, restes d'une civilisation effacée, langage incompréhensible même pour ceux qui l'emploient2. »

1 llÙt. de l'art, 2° série.

1 Entretien sur 1 architecture.