Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 31 à 31 sur 313

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les soirées amusantes ; recueil nouveau et varié d'historiettes curieuses, piquantes anecdotes...

Éditeur : C. Dillet (Paris)

Date d'édition : 1874

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : In-18

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 313

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k164998n

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-60921

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33607178q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 28/03/2011

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


avait allumé dans la cour, et.lui donna du pain, de la viande et du viu. Le paysan boit, mange et dort ensuite profondément, sans que le tumulte qui règne autour de lui puisse le réveiller. Au point du jour, le premier président arrive avec un grand cortège; on lui raconte l'histoire du paysan, qui dormait encore; 'on le réveille et on l'amène devant lui.

Mon ami, lui dit le magistrat, comment t'appelles-tu ?

Monseigneur, je m'appelle Pierre Laval.

Et d'où viens-tu ?

De Valvins, monseigneur, près Fontainebleau. Et pourquoi es-tu en prison?

J'avais répondu de 30 francs pour mon compère Morin; il n'a pu payer, ni moi non plus, et on m'a mis en prison.

Le premier président dit à un de ses secrétaires: l'ayez les 30 francs pour ce bonhomme, et qu'on le mette en liberté.

— Ah! monseigneur, vous êtes bien bon; que de bonté! monseigneur.

Et, tout d'un coup, commençant à se lamenter: Ah mon Dieu qu'est-ce que je vais devenir? Comment; on te dit que tu es libre, et que ta dette est payée, que tu peux retourner à Valvins, et tu n'es pas content?

Ah! monseigneur, comment voulez-vous que je retourne, je n'ai pas un sou.

Le premier président !,ire un écu de 6 francs de sa poche et le lui donne. Le paysan se confond en remerciements, et le voilà qui se lamente encore: Ah! mon Dieu 1 mon Dieu! comment faire? et qu'est-ce que je vais devenir?