Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 307 à 307 sur 313

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les soirées amusantes ; recueil nouveau et varié d'historiettes curieuses, piquantes anecdotes...

Éditeur : C. Dillet (Paris)

Date d'édition : 1874

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : In-18

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 313

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k164998n

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-60921

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33607178q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 28/03/2011

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


LIBRAIRIE

DG

C. DILLET, ÉDITEUR 15, rue de Sèvres, à Paris.

NOUVELLES PUBLICATIONS

Aglaé, par Raoul DE NAVERY. 1 vol, in-12, 2e édit. 2 fr. Aglaé est peut-être de toutes les publications de l'au-

teur, celle où il montre les plus grandes qualités comme écrivain science et sentiment y abondent et le style enchaîne l'?uvre dans une forme qui séduit et entraîne. L'antagonisme des cultes païen et chrétion, la persé-

cution ordonnée par Dioclétien a l'instigation de Galérius engendrent des péripéties émouvantes. L'épisode de Claudia, la ves':ale infidèle qui, déclme, se relève dans l'innocence de la foi nouvelle, est un trait hardi, mais heureux; celui de Genès le comédien, qui parodie les douleurs et la constance des persécutés, et, tout à coup se proclamant chrétien, passe de l'imitation dérisoire de la scène à la sanglante réalité du martyre enfin Aglaé, l'opulente reine de Rome, et son intendant Boniface, s'avouant, après avoir épuisé la coupe des voluptés terrestres, que leur c?ur est vide et leur amour impuissant, allant dans les catacombes demander au divin Cruciffé du Calvaire ce que n'ont pu leur donner les superbes divinités de l'Glympe, couronnant leur sacrifice, l'une par une vie de renoncement, l'autre par la mort dans les tortures de l'amphithéâtre, sont des tableaux grandioses qui captivent et passionnent.

Le Chant du Cygne gallican, paroles et musique du R. P. GRATRY, prêtre de l'Oratoire, membre de l'Aca-

démie française, exécuté après jugement préalable par

Jean LoysEAu, cordonnier et pas académicien. Un très-

beau vol. in 12. 2 fr.

La Bioqraphie catholique termine ainsi les éloges

qu'elle fait de cet ouvrage « Qu'on lise ce livre, qu'on