Accueil Texte brut
Mode texte Mode écoute
page 121 (vue 121 sur 313)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page

Mais cela ne faisait pas le compte du voleur, il aurait préféré s'en aller au plus vite; et déjà il avait la main sur le loquet, lorsqu'il songea qu'un refus pourrait exciter des soupçons. Le cabarctier le força de s'asseoir tout près du poêle, dans une position telle qu'il se trouvait de tous côtés barricadé par les tables et les chaises, puis il prit la seule place qui aurait pu lui donner une issue.

Nous allons nous faire un bon feu, Jacques, dit-il, en bourrant le fourneau de bûches; chauffe-toi bien, mon je ne voudrais pas que tu te refroidisses. Le voleur sentant déjà le beurre se tasser sur ses cheveux, se lève brusquement, disant qu'il était obligé de rentrer.

Pas avant d'avoir vidé quelques verres de ce vieux kirschennvasser, lui répondit Michel, en lui faisant reprendre sa place de force. J'ai d'ailleurs une aventure à te raconter.

Mais il fait ici une chaleur d'enfer, répliqua Jacques, en faisant un mouvement pour se lever, mouvement qui fut aussitôt empêché par le solide poignet de l'hôle.

Qu'as-tu donc à te presser, voisin?

J'ai encore le fourrage à donner à mes vaches, du bois à fendre, et puis ma femme se plaignait lorsque je l'ai quitté; je crains qu'elle ne soit malade.

Bah! je l'ai rencontrée ce soir; elle m'a dit qu'elle se portait à merveille, et tes vaches ne mourront pas de faim pour ce petit retard. Vraiment! je ne te comprends pas ce soir. Jamais je ne t'ai vu refuser un verre d au-de-vie et être si exact. Tu fais une mine si drôle On dirait que tu as peur, ajouta le fin compère, eu jttaut sur le voleur un air de méfiance, tandis qu'il

Mode texte Mode écoute
page 121 (vue 121 sur 313)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page
Accueil Texte brut