Inicio Texto bruto
Modo texto Modo audio
página 200 (Imagen 414 de 845)
Página siguiente Página precedente  
  Última página Primera página

la plus heureufe de toutes ils virent venir ducoftédupré deux Bergeres, & trois Bergers, qui à leurs habits monftroient d'eftre étrangers, & lors qu'ils furent vn peu plus pres, Leonidequieftoitcùrieufe de connoiftre les Bergers & Bergeres de Lignon par leur nom, demanda qui eftoient ceux-cy. A qtioy Phiîlis refpondir qu'ils eftoient.eftran gers, & qu'il y auoit quelques mois qu'ils. eftoient venus de compagnie que quant à elle, elle n'en auoitautrc connoilïànce. Alors Siluandreadjoufta qu'elle perdoit beaucoupdeneîesconnoiftrepas plus pardculiereméc, carentr'autresilyenauoit vn nommé Hylas de la plus agréable humeur qu'il fe peut dire, d'autant qu'il ayme, difoit-il, tout ce qu'il void mais il a cela de bon, que qui luy fait le mal ,luy donneleremede parce que fi fon. inconftance le fait aimer, fon inconftance auP fi le fait bien toft oublier, & iladefiexcrauagancesraifonspourprouuerfon humeur eftre !a meilleure qu'il eft impofiible de l'oüyr fansrife. Vrayement, dit Leonide, fa compagnie doit eftre agreable, &faut que nousle mettions en difcours auffi toft qu'il fera icy. Cefera,refpondit Siluandre, fans beaucoup de peine car il veut touiiours parler aiais fil efl: dr cefte humeur, il y en a vn autre auec iuy,quien a bien vne toute contraite par ce qu'il ne fait que regretter vne Bergere morte qu'ila aimée. Celuy-là eft homme raffis, & monftre d'auoir du jugement; mais il eft

Modo texto Modo audio
página 200 (Imagen 414 de 845)
Página siguiente Página precedente  
  Última página Primera página
Inicio Texto bruto