Pour projeter quelque clarté sur la noble physionomie du Prince Hardjïj Scharipf, qui, à la suite de la publication de la Mission des Juifs, vint spontanément en France dans le but désintéressé d'initier Saint-Yves d'Àlveydre à la connaissance du sanscrit; pour éviter aussi tout commentaire hésitant sur celui dont nous avons été heureux de donner dans ce volume la reproduction fidèle des traits, nous publions ci-dessous, avec l'autorisation de la famille de Saint-Yves, le texte de deux lettres: l'une adressée par le Prince à l'auteur des Missions, l'autre adressée au Prince par le général Dumont.

APPENDICE