Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 388 à 388 sur 406

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La poésie nouvelle : Arthur Rimbaud, Jules Laforgue, Gustave Kahn, Jean Moréas, Emile Verhaeren, Henri de Régnier, Francis Vielé-Grifflin, Maurice Maeterlinck, Stuart Merrill, Francis Jammes, Paul Fort, Max Elskamp, etc. / André Beaunier

Auteur : Beaunier, André (1869-1925)

Éditeur : Société du Mercure de France (Paris)

Date d'édition : 1902

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 400 p. ; 18 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k114092c

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Ye-5555

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31781968q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/09/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


chansons anciennes, « Si haut qu'on peut monter »... Tour d'Ivoire, où l'Ame voudrait bien s'enclore, en bonne adoration.

Et c'est ma chair en sa détresse Qui déserte vos tours d'ivoire,

Après les hauts et bas d'espoir,

C'est mon âme ainsi qui s'abaisse?

Comme l'enfant des livres saints Prodigue aux mauvaises kermesses...

Et la litanie continue. « Horloge admirable, » aux belles heures à sujets, où l'on voit Moïse recevant les Tables de la Loi, et les bergers et les agnelles, et puis un château à tourelles, des cygnes autour des jets d'eau, et des châtelaines aux fenêtres? « Etoile de la mer » où vont frégates et felouques, et tartanes et balancelles, et, plus balourds, les lougres, et, plus sveltes, les goélettes, voiles dehors et les mâts pavoisés d'oriflammes? « Pleine de grâces », aux autels naïfs, la Vierge, la Lune aux pieds, et Jésus en rose, et la Terre en bleu? « Consolatrice des affligés », pauvres vieilles gens, corps en guenilles, âmes en peine.

Et, Madame la Vierge, faites-vous soeur-noire,

Voici le temps venu de toute la souffrance?

Ainsi s'essaye-t-il en louanges malhabiles, ornées de mots d'adoration, pieusement familières, timides aussi, plus touchantes d'être plus gauches. Il prend et reprend les images consacrées ; il les voudrait parer encore de grâces nouvelles, animer de toute sa ferveur. Puis, il se désole :