Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 23 à 23 sur 406

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : La poésie nouvelle : Arthur Rimbaud, Jules Laforgue, Gustave Kahn, Jean Moréas, Emile Verhaeren, Henri de Régnier, Francis Vielé-Grifflin, Maurice Maeterlinck, Stuart Merrill, Francis Jammes, Paul Fort, Max Elskamp, etc. / André Beaunier

Auteur : Beaunier, André (1869-1925)

Éditeur : Société du Mercure de France (Paris)

Date d'édition : 1902

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 400 p. ; 18 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k114092c

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Ye-5555

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31781968q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/09/2008

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 100


Les Positivistes se troif myst lorsqu'ils crurent pouvoir expliquer totalement Tout Connaissable en faisant abstraction de l'Inconnaisable. Ils se trompèrent lorsqu'ils crurent pouvoir établir une nette et définitive démarcation entre ces deux domaines. La séparation du Connaissable de l'Inconnaissable est un procédé commode, auquel on peut recourir pour faciliter certaines recherches particulières, parce que la pensée humaine procède analytiquement. Mais il doit être bien entendu que ce n'est là qu'une abstraction provisoire. Car le mystère n'est pas extérieur au réel, il est dans le réel même ; l'Inconnaissable ne côtoie pas le Connaissable, il le pénètre. Et, pour reprendre la comparaison de Littré, ce qu'il faut dire, ce n'est pas que le ténébreux océan batte les bords de l'île tranquille, mais plutôt que toute l'île est imprégnée des brumes épaisses qu'il dégage. Il n'y a pas seulement du mystère au delà des faits constatés, le mystère est au coeur même des stricts résultats de l'expérience.

Ces considérations suffisent pour restituer à la métaphysique ses droits. Celle-ci n'a pas seulement une raison d'être comme représentation provisoire du réel inexploré, mais elle doit s'unir intimement au positivisme le plus précis afin d'exprimer l'indéfectible union du naturel et du surnaturel.

Et telle fut la valeur profonde de la réaction qui s'est produite-en France, depuis quinze ans, en faveur de la métaphysique. Les manifestations en ont été nombreuses,